En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de services tiers pouvant installer des cookies. En savoir plus

Voir les sujets non lus
Marquer tous les sujets comme lus
Accéder aux archives

Trancher dans le vif

par Méli, Cassiopée et Mike

  • 115 sujets
  • 1256 réponses

7 nov. 2015 - 17:36

Trancher dans le vif est un récit narratif commencé sur Ter Aelis 1.5. #FF5B2B
Aparté


Résumé :

Haesobia Hardenthun se retrouve un soir au prise avec un tueur. Sauvée de justesse grâce à la présence inopinée de Placide Rafoneau, détective de son état, ils s'engagent dans une enquête en compagnie de l'ami d'enfance d'Hae, le mondain Anthonin C. de Gysors.
La piste les mène vers le milieu universitaire de la médecine, mais ils ne savent encore pas trop où ils mettent les pieds.
Ils ne sont pas seuls à se disputer les informations, Viktor Plumant, journaliste, les précède parfois.

Les auteurs :

Méli joue Haesobia, Cassiopée joue Placide Rafoneau et Mike001 joue Viktor Plumant.
Anthonin, inventé par Méli est joué à titre de pnj par les trois joueurs.


Couleurs des dialogues :
Haesobia : #9EFD38
Placide : #80d0d0
Viktor : #F787EA
Anthonin : #2C75FF
Professeur Flodorin de Oudargues : #8EA2C6


  • 160 sujets
  • 1662 réponses

Message posté le 13:00 - 14 juin 2016

La jeune femme n'aimait pas porter la responsabilité de quelles informations livrées, encore moins à un journaliste. Placide aurait probablement bien mieux su manœuvrer...
Elle se prit à prier pour que le trajet se termine rapidement, très rapidement.

- Le Professeur ne sait probablement rien sur ces meurtres mais nous supposons qu'il est membre d'un, elle marqua une pause en fixant intensément le journaliste, hésitante sur le terme à utiliser, d'un groupe dont les membres nous semblent très suspects. Nous cherchons à déterminer ses membres et encore mieux à avoir accès à leurs réunions.
Et vous, pourquoi attendiez vous ce Professeur en particulier pour votre enquête ?


  • 115 sujets
  • 1256 réponses

Message posté le 21:16 - 14 juin 2016

Constatant que Haesobia n'avait pas réussi à se débarrasser de l'homme au chapeau rouge qui d'ailleurs avait retiré son couvre-chef, Placide grimaça de contrariété puis il soupira. Mais que faisait encore cette écervelée ? Qu'avait-elle en tête ?

Il leur fallut peu de temps pour arriver chez Anthonin. Celui-ci était volubile et entraînait le professeur dans une tourmente dont il n'avait pas l'habitude et ce dernier tentait d'être à la hauteur d'une conversation de salon. Haesobia n'avait pas pris l'express et le détective espérait qu'elle avait bien noté leur destination.

Le standing de l'immeuble finit de convaincre le professeur et celui-ci s'installa dans les moelleux canapés du salon des visiteurs avec une satisfaction visible. Anthonin entreprit alors de sortir les meilleures bouteilles de la cave familiale.

- Que diriez-vous d'un château Gavette 196, cher professeur ? C'est sans doute le cru préféré de mon père. C'est un blanc fruité d'une grande saveur.


  • 58 sujets
  • 694 réponses

Message posté le 21:57 - 2 sept. 2016

Un groupe. Mystiques ? Sadiques ? Scientifiques aliénés ? Ennemis de la nation ?, énuméra-t-il à la volée. Si les raisons peuvent ne pas manquer, le mode opératoire permet d'en définir les contours. Le fait que nous nous sommes croisés à l'université réduit le champ des possibilités. Le travail opéré – hinhin – est trop propre pour être le fait de déséquilibrés mentaux ou de personnes cherchant à essaimer la terreur dans la ville, mais ça, vous l'aviez auparavant déduit à la morgue. Quant à savoir ce que je faisais après le professeur, je vais vous faire – une nouvelle fois – une confidence : je ne le cherchais pas. Je fouillais simplement toutes les salles de la faculté. La chance m'aura mis entre vos pattes, pour mon plus grand plaisir.


Viktor sourit, goguenard, puis il se cala dans le fond de son siège. Ainsi placé, il détailla de haut en bas Haesobia, et ce, sans discrétion. Derrière le regard déplacé qu'il lui coulait, il se demandait en réalité quelles étaient ses motivations et ses principes. La jeune blonde avait éludé toutes ses questions jusqu'ici, si bien que le peu d'informations qu'il avait tiré d'elle n'étaient que des indices échappés assez évidents. La détective en herbe demeurait sur ses gardes du fait de la présence d'autres personnes, il espérait que ses comparses seraient plus éloquents ou alors que le lieu où ils allaient seraient propices à des échanges plus poussés.


  • 160 sujets
  • 1662 réponses

Message posté le 15:37 - 9 sept. 2016

Une chance pour l'un, de la malchance pour d'autres. Hae se demandait si elle ne devrait pas consulter. Elle en était venu à devoir révéler leur entreprise secrète simplement car elle avait fait preuve de paranoïa vis-à-vis de cet homme... un journaliste qui plus est.

- Vous êtes bien un journaliste, pas de doute. Vous allez être pointu sur chacun de mes dires. Mais nous en sommes encore à enquêter ! Nous avons principalement des suppositions. C'est un groupe de scientifiques, plutôt dans le domaine du médicale je suppose. La rumeur veut qu'ils se réunissent pour permettre des avancées dans l'anatomie interne principalement.
Vous l'ignorez peut-être, mais en l'état actuel, le progrès médical est freiné par des considérations disons ... morale; des tabous vis-à-vis de l'étude des corps. Ce groupe aurait pour objectif de passer outre ces tabous.


  • 115 sujets
  • 1256 réponses

Message posté le 16:49 - 28 sept. 2016

A l'hôtel De Gysors, la conversation allait bon train, au moins autant que les grands crus. Les pommettes rougeoyantes et l’œil brillant, Florodin de Ourdagues devenait prolixe.
Anthonin l'avait mis brillamment à l'aise et quand il fut mûr à point. Placide commença à orienter la conversation.
Anthonin lui confia sa passion pour la biologie humaine et Placide ne pouvant se targuer d'aucune connaissance en la matière, mis en valeur ses compétences véritables en bricolages mécaniques. Ils en étaient à comparer os, muscles et pistons, articulations et engrenages quand notre détective osa :

- Ce matin, nous sommes allés à la morgue où j'ai de bons amis afin de pouvoir comparer de visu sur un corps encore relativement frais. C'est phénoménal. Quel dommage de ne pouvoir aller plus loin dans la comparaison.


Le professeur le regardait maintenant les yeux écarquillés mais le sourire aux lèvres. Il finit par articuler la bouche pâteuse.

- Oh oui. Ce serait bien....


Sa tête se mit à se balancer de haut en bas dans un mouvement lent mais sans fin.

Alors Anthonin proposa :

- Si vous voulez, Professeur, vous couchez ici ce soir. Mes parents sont absents, mais ils seraient ravis de se savoir vos hôtes. Et demain matin, nous filons ensemble à la morgue voir ça de plus près ?

Quelle ne fut pas la surprise de nos deux enquêteurs quand le professeur proposa après un moment de réfléxion.

- Et si je vous menais dans un lieu où on peut en voir plus que dans une morgue. Ça pour dirait ?


  • 58 sujets
  • 694 réponses

Message posté le 15:05 - 24 nov. 2016

Ils quittèrent enfin le véhicule, d'un bond tandis que la diligence roulait toujours. Les habitants de la classe moyenne et supérieure (en tout cas ceux qui estimaient que prendre les transports en commun n'était pas dégradant) avaient l'habitude de sauter avant d'atteindre l'arrêt prochain. Viktor avait vu des anciens se réceptionner sans mal pour poursuivre leurs marches d'un pas nonchalant. Lui, devait reconnaître s'être étalé de son long la première fois qu'il avait essayé. Après tout, il n'était pas un natif de la grande Belle Thil.


Il trébucha légèrement en touchant le sol. Il jeta un bref regard à Haesobia mais ne devina pas si elle avait remarqué son faux pas ou non.


La jeune femme mena leur duo. Si Viktor n'était pas suffisamment familier du quartier, il ne connaissait surtout pas l'adresse vers laquelle ils se destinaient.


Viktor contempla les alentours. Les hauts plafonds, les jardins, les manières hypocrites, rien de cela ne lui avait manqué. Il trouvait d'ailleurs cocasse la situation présente. Fils de bourgeois, il passait à présent pour un malotru crasseux. Il suffisait de croiser les regards des gens de la haute pour le deviner. Et encore, il ne portait plus sa barretina. Il se retint de rire. Quelques pas plus tard, Haesobia et Viktor arrivèrent.


  • 160 sujets
  • 1662 réponses

Message posté le 01:56 - 25 nov. 2016

Alors qu'Hae allait taper à l'imposante porte de la bâtisse, suivie de près de son nouveau compère, la porte s'ouvrit sur le reste de l'équipe et un professeur un peu abasourdis par les événements. Une fois de plus, Anthonin le poussait dans une direction qu'il ne souhaitait, par d'habiles bavardages et déplacements, alternant les références à son illustre famille et ses pouvoirs, des flatteries écœurantes et de légères questions d'apparences anodines.
Le professeur était perdu par le rythme et les changements de sujets de son étudiants, et il finissait par se laisser diriger et même parfois lâcher quelques informations.
Ainsi, il ne faisait plus nul doute pour Placide et Anthonin que cet homme pouvait être utile. Ils furent cependant surpris que la suggestion d'aller à cette réunion si difficile d'accès leur soit si facilement proposé. Ils ne lui laissèrent donc pas le temps de changer d'avis et se mirent en route.

Anthonin avisa son amie à la porte et, imperturbable les intégra avec une aisance et un naturel impressionnant à leur sortie :
- Hae ! Nous allions sortir ! Mais viens donc avec ton ami, le Professeur nous a promis de nous montrer quelque chose d'intéressant ! Et sans même lui laisser le temps de réagir, la traîner à sa suite, happer une diligence expresse.


  • 115 sujets
  • 1256 réponses

Message posté le 22:13 - 19 déc. 2016

Si le professeur n'appréciait pas l'intégration à leur groupe des nouveaux venus, il n'eut pas le temps ni le loisir de le formuler. Son esprit, trop embué par l'alcool et les beaux discours, n'avait plus vraiment son autonomie.
Il était tard, la nuit était déjà bien avancée. Ils durent marcher un moment avant de pouvoir héler un pousse-poussif. Ils durent se serrer pour entrer dans la petite cabine prévue pour quatre. Le chauffeur pédalait sans peine grâce à un astucieux système de pistons et palans qui répartissaient l'effort sur de nombreux engrenages. L'engin était relativement silencieux et fort heureusement inodore contrairement aux véhicules à vapeur.
Le professeur arrêta le conducteur près des grandes halles.
Le groupe ne savait pas où leur guide les menait mais chacun ruminait ses inquiétudes sans en dire mots. Ce dernier mena sa compagnie le long de la rue qui longeait l'arrière des halles. Les tonneaux, bidons, caisses en tout genre encombraient les arrières des boutiques. Mais ils tournèrent dans une petite ruelle très sombre. Les pignons de chaque côté de la route semblaient vouloir embrasser ceux d'en face.
Placide regarda Haesobia en coin. Ses froncements de sourcils l'encourageaient à penser qu'elle était comme lui tout à la fois inquiète et avide de connaître le bout de leur chemin. Quand à l'homme rencontré à l'Université, il semblait curieux avant toute chose et Placide lui aurait bien posé quelques questions avant de continuer, mais il était dans l'impossibilité de le faire.


  • 58 sujets
  • 694 réponses

Message posté le 17:28 - 20 déc. 2016

Plumant jubilait. D'une part il sentait venir la première page de loin ; d'une autre le groupe qu'ils formaient tous était incongru, or il adorait ça. À l'exigu dans le pousse-poussif, Viktor sentit les effluves d'alcool de ses nouveaux comparses. Haesobia et lui étaient décidément arrivés trop tard ! Il chercha à capter le regard de la jeune femme et mima aussi furtivement qu'il le pouvait – autant dire qu'il ne l'était en aucune manière – à l'aide de son pouce l'action de boire. Viktor espérait qu'ils avaient eu assez de jugeote pour tempérer la levée de leur coude. Sinon, les amoureux de la bouteille, surtout le professeur dont les yeux semblaient être remplis de vin, feraient moins les fiers si les choses devenaient sérieuses.


Le professeur stoppa bientôt le pédaleur. La troupe descendit et longea les halles. De jour l'endroit était parcouru de vie, de criées, d'odeurs alléchantes. Le soir, néanmoins, les lieux rebutaient. Urines, déchets, bruits de verre brisé, les halles revêtaient un visage différent. Pour autant, l'insécurité n'était pas flagrante, ni même forcément présente. C'était simplement une autre facette de l'existence, plus terne et moins riche. Cependant, Viktor fut sur ses gardes lorsque le professeur les entraîna dans les venelles. Une ruelle sombre se transformait vite en coupe-gorge. Il sortit sa barretina de sa poche et la reposa à sa place. Il était paré.


  • 115 sujets
  • 1256 réponses

Message posté le 12:28 - 23 déc. 2016

Placide Rafoneau était heureux. Il adorait sentir en lui ce sentiment d'excitation qui montait inexorablement depuis le début de l'après-midi. Il ressentait le picotement dans son corps entier. C'était pour lui comme sentir que la femme qu'on désire vous regarde enfin.
Le seul bémol à son bonheur était la présence de l'homme qui escortait Hae, il l'intriguait.
Comme Anthonin, volubile à souhait, partait devant avec le professeur, bras dessus-bras dessous, il en profita pour se rapprocher de l'homme qui venait de remettre son étrange chapeau rouge.

-Je suis Placide Rafoneau. Je vois que mon amie vous estime au point de vous entraîner dans notre soirée. Puis-je vous demander qui vous êtes ? J'avoue aimer savoir avec qui je vais découvrir ce que le monde recèle d'étrange. Pour vous mettre en confiance, j'ajouterais que je suis détective privé.

Il acheva sa phrase en lui tendant sa carte.


  • 58 sujets
  • 694 réponses

Message posté le 13:17 - 23 déc. 2016

Monsieur n'était pas policier mais un privé. Viktor ne put retenir un ricanement qu'il maquilla par une fausse toux. Non pas qu'il considérait mal ce métier – détectives et journalistes avaient beaucoup en commun – mais le moment choisi pour faire les présentations n'était pas le meilleur. Chaque pas supplémentaire les emmenaient vers l'inconnu, or Viktor aurait préféré que la compagnie ne fût pas en pleine conversation tandis qu'elle pouvait s'approcher d'une congrégation de découpeurs fous. Il prit la carte tendue, tout de même, au cas où le bruit qu'ils faisaient n'allaient pas les condamner. Viktor en serait resté là, mais s'il voulait que Placide l'intègrât psychologiquement à son groupe et que le cas échéant il vînt à l'aider, il fallait se montrer un chouïa poli.


Viktor Plumant, journaliste, se présenta-t-il. Je pense qu'Haesobia, plus que de m'estimer, s'est montrée trop curieuse, ce qui a eu pour conséquence de devoir m'emmener avec elle. La fougue de la jeunesse.


Son devoir de socialisation accompli, il sourit à Haesobia, amicalement. La petite rue n'était pas bien éclairée mais cela faisait l'affaire.


  • 160 sujets
  • 1662 réponses

Message posté le 00:02 - 6 janv. 2017

Haesobia écoutait le journaliste et l'inspecteur d'une oreille distraite. Sa mauvaise expérience quelques soirs auparavant lui revenait en mémoire. Des frissons lui parcouraient le dos et ses yeux scrutaient avec suspicion les nombreux coins d'ombre.
Elle répondit plus instinctivement qu'autre chose au sourire de Viktor Plumant, le visage crispé. La jeune femme n'en eut même pas réellement conscience tant son esprit était à l'affût du moindre danger.

Au détour d'une nouvelle ruelle encore plus sombre et nauséabonde que le précédente, elle se fit la réflexion qu'il était cependant étonnant que le Professeur ait accepté de passer par de tels endroits pour atteindre ces lieux de réunion, aussi intéressantes soient-elles. Elle se faisait l'image d'un homme assez froussard et d'une intelligence en vérité assez limitée. De son avis, sa situation était davantage liée à ses relations familiales qu'à de véritables capacités.
Déjà inquiète de la situation, son esprit paranoïaque dévia sur la possibilité d'un guet-apens. Sa raison lui souffla tout de même que leur invité involontaire n'avait eu aucun moyen de préparer quoi que ce soit en avance.

Le groupe finit par arriver à destination, un bar d'aspect aussi miteux et délabré que le reste du quartier. Anthonin lança un regard dubitatif à ses camarades avant de hausser les épaules et suivre le professeur à l'intérieur, très vite suivi par le reste du groupe. Cet endroit avait le mérite d'être éclairé et ouvert contrairement à la ruelle.
Le Professeur avait déjà choisi une table et ils s'installèrent étroitement autour. Anthonin dont la patience n'était pas le fort, enchaîna aussitôt :

- Alors dîtes-nous Professeur, qu'est ce que ce bar a de si intéressant en dehors de son étonnante capacité à réussir à attirer une clientèle malgré son hygiène discutable ? Il jeta un regard aux quelques clients avant de poursuivre Bon je vous l'accorde, la population présente n'est pas elle-même très ... attirante.


  • 115 sujets
  • 1256 réponses

Message posté le 17:44 - 14 janv. 2017

Placide n'avait pas envie de s'asseoir près du professeur. Depuis leur entrée dans le bar, il sentait le coup fourré, sensation qu'il n'avait pas sur le long du chemin. Il faisait beaucoup confiance en ses capacités sensorielles. Des quantités de petits indices titillaient sa méfiance, comme l’œil torve du barman à leur entrée et sa soudaine éclipse du bar ou le fait qu'un des groupes attablé s'était levé quelques secondes après que le professeur ait choisi sa place. Ces derniers faisaient mine de lancer un jeu de fléchettes, mais leurs regards, il le sentait, ne quittaient pas leur table.
Seul Anthonin avait encore le goût de poursuivre un semblant de discussion que le professeur alimentait sans être déstabilisé.
Qui était donc l'homme derrière l’aspect frileux du professeur qu'il donnait à voir ?

D'un geste circulaire et extrêmement discret, il fit un très rapide tour des armes dont il disposait. Elles étaient bien là à leur place.

Le professeur se levait en titubant, prétextant :

- Mais que fait donc Raphaël ? Il vient plus vite d'habitude !

Le regard qu'il lança à Hae, le convainquit qu'elle était aussi aux aguets que lui.

- Attendez je vous accompagne Professeur !
Lança-t-il. Pas question que l'homme échappe à leur surveillance.
Mais l'inquiétude le tenaillait.


  • 58 sujets
  • 694 réponses

Message posté le 01:03 - 7 juin 2017

Viktor soupira. Ses articulations le faisaient mal rien qu'à imaginer la bagarre qui allait inévitablement s'engager. Pour ses compagnons et lui, il était évident qu'un traquenard était en préparation. Tout comme il était évident qu'eux-mêmes étaient aux aguets ; Anthonin qui ne quittait pas d'un pouce le professeur en disait aussi long que la fausse nonchalance des joueurs de fléchettes.


De son fessier, le journaliste testa la solidité du tabouret sur lequel il était assis. Par de légers mouvements de hanches, il put s'assurer de la fixation des pieds et de l'absence de craquements inquiétants. Le bois se plaignait un peu, mais rien qui ne dépassât la normale. Si les choses tournaient mal, ce dont Viktor était convaincu, le tabouret serait une arme de choix dans l'engagement. Facile à saisir,
à brandir, à abaisser. Il devrait supporter trois ou quatre coups avant de céder, à la suite de quoi il faudrait improviser. Poursuivre avec un des pieds, voire se jeter vers les fléchettes.


Finalement, Viktor sourit : une rixe dans un bauge, il en avait vu des pires.


  • 160 sujets
  • 1662 réponses

Message posté le 21:25 - 21 mars 2018

La tension montait et Haesobia se demandait pourquoi elle avait cet irresistible besoin de se mettre dans des situations délicates...

Concentrée sur le Professeur qui s'éloignait de la table, suivi de près par Placide, l'étudiante ne remarqua pas immédiatement la mise en mouvement des différents individus d'aspect patibulaire. Le départ du guide devait être le signe du début des festivités.

Si la jeune téméraire devenue plutôt froussarde espérait un combat "honnête", dans les règles aristocratiques, elle constata bien vite que ce serait une bagarre à l'image du bousin dans lequel le perfide professeur les avait embarqué : sans honneur, tous les coups permis, mais surtout toutes les armes à portée de main.
Plusieurs voyous sortaient déjà une lame de leurs frusques ou autres armes tout aussi réjouissantes.

Haesobia se rapprocha d'Anthonin, elle n'était pas vraiment rompu au combat de rue, mais elle ne se laisserait pas faire pour autant. Elle sortit la longue et fine lame glissée dans l’étui à l'arrière de ses bottines et attrapa un tabouret en guise de bouclier ... ou de projectile, à voir.


^