En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de services tiers pouvant installer des cookies. En savoir plus

Voir les sujets non lus
Marquer tous les sujets comme lus
Accéder aux archives

Une oeuvre exceptionnelle ?

[La Talente]CNE Les Fiançailles

Tags : Fiançailles
  • 121 sujets
  • 105 réponses

3 avr. 2016 - 20:55

Annonce de La Talente



A tous les habitants de l'Archipel de l'Atlane,

Votre participation est requise pour défendre notre honneur et réputation ! Il est en effet incontestable que les plus grands artistes parcourant Ter Aelis vivent ou sont originaires de notre magnifique Cité. Il en va donc de notre honneur et réputation d'apporter l'oeuvre la plus belle et extraordinaire comme cadeau aux fiançailles du Haut Prince Caïn Vandrick.

Pour apporter vos idées et vos compétences dans la défense de notre fierté, veuillez vous rendre au Consortium des Arts et demander Rodios Demetre.

Le Conseil de la Talente.


Couleurs des dialogues :

Cassiopée : turquoise
Timly : #791CF8
Rodios Demtre, Tyran de l'Atlane : #1FA055


Compte utilisé par l'équipe rôliste.
  • 115 sujets
  • 1232 réponses

Message posté le 20:31 - 8 mai 2016

« Il faut se mêler à l'autre pour se voir soi-même, mais il faut se libérer de l'autre pour devenir soi-même. »

Cassiopée usait de cet adage qu'elle avait fait sien pour retrouver le moyen de réunir les parts de son être déchiqueté par la guerre des Confréries et la perte de son Noz, Issac. Ce Noz dont elle n'avait plus de souvenir distinct.
Elle ne se remémorait qu'un vague lien avec les dragons, dans un temps passé, sous d'autres étoiles.


***


Il faisait nuit et Cassiopée contemplait les astres des îles du Sud. Les joues légèrement caressées par la brise douce qui n'oubliait jamais de l'envelopper, elle marchait sur la plage les yeux rivés vers le ciel.

Cette escale sur l'archipel de l'Atlane était le meilleur soin qu'elle eut pu s'offrir. Ici, tout était chaleur et caresses. La mer la rendait sereine.

Elle avait à nouveau envie de sculpter. Il y avait si longtemps qu'elle avait usé de son Art !
Elle repensa au héraut qui circulait dans la Talente depuis la veille. Il criait son message dix fois par jour en créant de nouveaux attroupements à chaque déclaration.
N'était-ce pas le moment de sortir toute sa moelle !

La décision prise, il lui fut difficile d'attendre le petit matin pour se présenter au Consortium de Arts afin de rencontrer Rodios Demetre comme le suggérait le messager.
Mais la nuit n'avait pas été trop longue pour lui permettre de concevoir mentalement l’œuvre qu'elle offrirait au Haut Prince Caïn Vandrick. La réaliser serait une autre affaire et il n'était pas certain qu'elle puisse réussir seule.

Lorsqu'elle arriva devant le Consortium, une longue file d'attente serpentait devant le bâtiment. Elle prit son mal en patience et présenta sa face au soleil afin de lui emprunter toute l’énergie nécessaire pour surmonter les épreuves qui l'attendaient.


  • 159 sujets
  • 1639 réponses

Message posté le 14:06 - 12 mai 2016

L'apprenti de Timly n'avait cessé d'évoquer l'annonce du Conseil. Comme à son habitude, l'elante était resté concentré sur son travail mais, à force de répétitions, certains mots faisaient chemin dans l’inconscient du maître. Si bien que lorsque le petit apporta son déjeuner et le força à se nourrir tout en conversant seul comme toujours, Timly eut cette fois son attention captée.

- Une oeuvre magistrale dis-tu ? sans aucun précédent ?

L'apprenti en resta bouché bée par le choc. C'était bien la première fois que le maître réagissait à ces commérages. Il hocha la tête vigoureusement, les yeux pétillant d'excitation.

- Vous allez participer Monsieur ? Hein ?!

Le maître prit un air pensif. Il observa son tableau en cours en fronçant les sourcils. Il n'aimait pas laisser un travail en cours. Il n'aimait pas penser à autre chose.
Sa décision prise, il lui répondit dans un soupir :

- Voyons d'abord s'il y a des gens intéressants là bas.


  • 121 sujets
  • 105 réponses

Message posté le 15:54 - 19 mai 2016

- Au suivant.

Rodios Demetre, trente-neuvième Tyran d'Atlane, agita paresseusement sa main droite. Le requérant qui s'était présenté, un peintre elfe, se retira précipitamment. Un nouvel arrivant - un humain cette fois - salua la frêle silhouette assise sur un trône fait de bois marins et de coraux. Le sculpteur, qui se targuait de descendre d'une grande lignée d'artistes, présenta deux statuettes à l'elante le plus puissant de l'archipel. Celui-ci dénia à peine regarder le travail, pourtant beau, qui lui était soumis, préférant garder sa tête immobile, posée sur ses deux mains jointes. En un battement de cœur, il congédia le vaniteux. Son valet, d'un signe de tête, interrompit momentanément les visites et rejoignit son suzerain.


- Votre Grandeur ne trouve aucun candidat viable pour son projet de cadeau ?
- Aucun... Non. Nous avons des artistes de talent, certes. Ils manquent juste d'un peu de... génie.
- Ne pensez-vous pas que le Haut-Prince Caïn pourrait se contenter de beaucoup de talent pour le présent qui lui sera offert à l'occasion de ses fiançailles ?

Rodios tourna un regard sévère sur son subalterne.

- Il pourrait s'en satisfaire, très certainement. Cependant, il n'est pas question que la Talente, elle, se contente d'une œuvre médiocre. Je veux que ce cadeau représente indiscutablement la grandeur de notre archipel. Quelque chose d'unique, d'original...
- Comment faire ?
- Va donc flâner au milieu de toutes ces âmes ambitieuses pendant que je réfléchis à l'aide d'un verre de vin frais, tu en repèreras peut-être une ou deux qui t'inspirent.
- Bien.

Le valet se retira et commença à remonter la queue en cherchant du regard un diamant au milieu de cette marée de zircons.


Compte utilisé par l'équipe rôliste.
  • 115 sujets
  • 1232 réponses

Message posté le 19:06 - 20 mai 2016

Cassiopée avait l'impression d'attendre depuis des heures. En réalité, elle attendait depuis l'aube et le soleil atteignait son zénith. Les heures avaient bien défilé.
Cassiopée, fille de la nuit, n'avait pas l'habitude des chaleurs torrides du Grand Sud. Sa peau blanche résistait mal aux brûlures du soleil.
Elle avait donc recouvert son visage d'un voile naturel. Sa peau était totalement dissimulée derrière un épais nuage de couleur grise et sombre. Seuls ses yeux clairs comme l'eau d'un torrent reflétaient l'azur du ciel, rendus étincelants sous les rais du soleil. Ses cheveux brillaient comme de l'or blanc et au contact du nuage recouvrant sa peau se mêlaient en un diadème de gouttelettes irisées aux couleurs de l'arc en ciel.
Les gens se retournaient sur elle, mais elle n'en avait cure. Elle était concentrée à exercer ses talents de manipulatrice élémentaire afin de raviver ses dons de sculptrice. Il y avait si longtemps qu'elle n'avait pas exercé son art !
Dans l'instant, elle tenait dans le creux de sa main un petit feu solaire duquel jaillissait une fontaine d'étincelles. Un petit cercle de curieux se formait autour d'elle sans qu'elle n'y prit garde.


  • 159 sujets
  • 1639 réponses

Message posté le 20:05 - 21 mai 2016

Timly avait bien failli faire demi tour devant la foule. Quelle perte de temps gigantesque ... Mais puisqu'il était là, il décida de parcourir un peu la longue file de candidats.
Le soleil tapait fort en ce jour, si bien que ses yeux commencèrent à être aveuglés par l'intense et brûlante lumière blanche. N'ayant rien trouvé qui justifiait de subir ce calvaire, Timly s'apprêtait à retourner à son atelier quand quelque chose de brillant attira son attention au milieu d'un petit regroupement.
Le maître espéra ardemment avoir enfin trouvé quelque chose qui en vaille la peine.

Une dame, aux origines visiblement mixte, semblait passer le temps en créant une fontaine d'étincelle avec ces pouvoirs. L'une après l'autre, des vagues d'étincelles prenaient formes pour s'effondrer et adopter une autre représentation. Le mélange de couleur et la précision des sculptures supposaient une grande maîtrise de pouvoir et de talent.
Timly détacha son regard de la fontaine pour observer la dame. Elle était concentrée sur son application, absente à l'activité qui commençait à se faire autour d'elle. Le maître décida qu'il l'aimait bien.


  • 121 sujets
  • 105 réponses

Message posté le 13:54 - 25 mai 2016

Ce que le valet avait pris pour un attroupement de badauds renfermait en vérité un véritable trésor. Les étincelles volaient et virevoltaient au gré des mouvements de doigts aériens d'une femme aussi calme que belle. Son public s'oubliait complètement, posant ça-et-là des tableaux, statuettes et leurs outils d'artiste pour mieux admirer la démonstration. Le valet resta un instant interdit avant que la volonté de son maître vint lui rappeler son devoir : il fendit la foule et se dirigea vers les premiers rangs. C'est à ce moment que quelqu'un lui parla au creux de l'oreille :

- Ce procédé ésotérique a été créé en l'an 668 par le grapho-mage Von Artelos. Quoi que l'exercice présent semble s'en rapprocher plutôt que de s'y apparenter

Surpris, l'homme jeta un oeil à sa gauche. Un jeune elante lui rendait son regard de ses yeux plus clairs que l'eau d'une source. Il était assez grand par rapport aux autres membres de sa race -il arrivait à l'épaule du valet- mais particulièrement frêle. L'étranger s'était adressé distraitement à son voisin sans savoir de qui il s'agissait : il souhaitait juste, semble t-il, commenter ce qu'il voyait et y poser une notion connue.

- Vous vous y connaissez en savoirs artistiques ?
- Ma foi... Plut...

L'elante fut interrompu par un crépitement. Les étincelles produites par la femme se muaient maintenant en une succession de silhouettes éphémères, qui ressemblaient à des ombres chinoises en trois dimensions - c'est tout du moins ce que la majorité des spectateurs ressentaient.

- Sculpture volatile par invocations... murmura l'elante à coté du valet, émerveillé. La décision de ce dernier était d'ailleurs prise.
- Bravo ! Bravo !

Il s'avança au milieu du cercle.

- Madame, il fit une brève courbette, je représente notre bien-aimé Tyran, Rodios Demetre. Permettez-moi, en son nom, de vous inviter à une entrevue spéciale.

Il se tourna ensuite en direction de l'elante.

- Quant à vous, il jaugea l'habit de son interlocuteur, Maître des arts, je vous saurais gré de bien vouloir participer à ce rendez-vous.


Compte utilisé par l'équipe rôliste.
  • 115 sujets
  • 1232 réponses

Message posté le 21:41 - 13 juin 2016

Dans un soupir, les animations que tenait Cassiopée dans sa main s'évanouirent et elle retira le masque qui camouflait sa peau blanche.
Le valet avançait d'un pas décidé. Sa livrée fort reconnaissable lui ouvrait un passage dans la foule. Cassiopée le suivait d'une démarche souple et silencieuse précédée du Maître-Artiste.
Ils montèrent le grand escalier et passèrent les gardes qui libérèrent l'allée en écartant leurs lances sans qu'un mot ne soit prononcé. Une voie royale leur était ouverte.
En entrant dans l'immense hall du palais, leurs regards se levèrent d'un commun ensemble vers les plafonds peints de grandes fresques relatant les combats magistraux d'époques antiques. Cassiopée nota les dorures de l'escalier magistral qui brillaient de mille feux sous l'éclat du soleil du sud. Ils dépassèrent les bâtis des grandes colonnades torsadées comme de longues vis sans fin. Enfin le valet les mena vers un petit salon aux tapisseries fleuries de teintes pastelles au vert tendre et rose qui donnaient au lieu la sensation d'être dans une sucrerie.

- Je vous prie de bien vouloir attendre ici quelques instants, vous serez bientôt reçus.

Sur ces mots, il les quitta.

L'élante qui accompagnait Cassiopée se tenait droit au milieu de la pièce, son chapeau entre les mains. Elle décida de s'asseoir dans un fauteuil et soupira d'aise en pénétrant dans la mollesse des coussins et se mit à réfléchir aux motifs qu'elle avait réussi à confectionner en attendant son tour.
Rester dans le petit format n'était pas dans ses habitudes, elle modérait ses gestes afin de limiter ses exercices. Elle préférait s'étendre et donner de l'ampleur à ses œuvres. L'effet n'en était que plus intéressant. Mais la foule qui l'entourait l'obligeait à chipoter. Elle n'était pas très heureuse de ses réalisations.


  • 159 sujets
  • 1639 réponses

Message posté le 12:44 - 14 juin 2016

D'une simple volonté d'observation, Timly se retrouvait finalement à attendre un entretien avec le chef elante. Le Maître-Artiste pensa à son tableau inachevé et poussa un long soupir.

- Bien ! Puisque nous en sommes là ... autant en profiter pour savoir plus sur notre belle artiste, murmura-t-il en se retournant pour observer la femme assise dans le fauteuil. Et au moins, nous sommes à l'ombre.

Elle ne semblait pas prendre garde à lui, toute concentrée dans ses pensées. Aussi, décida-t-il de se rapprocher suffisamment pour lui tendre une main amicale.

- Timly. Vous sculptez de manière intéressante. Je connais un peu le travail du grapho-mage Von Artelos et de ses adeptes mais votre technique s'en éloigne suffisamment pour être particulière.


  • 115 sujets
  • 1232 réponses

Message posté le 20:26 - 14 juin 2016

Être traitée de technicienne surprenait considérablement Cassiopée. Elle regardait avec étonnement l'élante.

- Je suis Cassiopée. Je suis désolée, je ne connais pas le grapho-mage dont vous parlez. C'est un contemporain ? Je crains de ne pas être au fait des techniques dont vous faites l'écho. Je n'ai toujours pratiqué cet art qu'en privé.
Vous êtes vous même artiste ?


Cassiopée adressa à Timly un sourire charmeur qui révéla l'éclat de ses yeux d'un bleu d'acier.


  • 11 sujets
  • 234 réponses

Message posté le 16:11 - 28 juin 2016

Timly allait répondre lorsque le valet fit son apparition, suivi par un elante à l'air aussi sec que détaché.

- Le respecté trente-neuvième Tyran d'Atlane, j'ai nommé Rodios Demetre.

Le vieux dirigeant salua brièvement son pair Maître Artiste avant de prendre la main de Cassiopée et de l'effleurer du vert-marin de ses lèvres. Il se laissa ensuite tomber, avec grâce, dans un fauteuil alliant sobriété et style. Ces deux derniers mots reflétaient à la perfection la façon d'être de Demetre. D'un geste de la main, il attira l'attention de ses invités.

- Chers aéliséens, je suis heureux de vous accueillir en ces murs. Avant que nous perdions du temps en vains palabres, à nous présenter par exemple, je tiens à vous expliquer la raison de votre présence ici.

L'hôte fit une pause, bût une gorgée à la coupe fraîche que lui tendit son valet avant de reprendre d'une voix grave rappelant le roulement des vagues.

- Comme vous le savez, notre belle cité et son archipel ont décidé d'offrir au Haut-Prince Vandrick -longue vie à lui- un cadeau pour ses fiançailles... Ce geste, désintéressé, devra s'incarner dans une production artistique d'une qualité que j'escompte, au bas mot, extraordinaire. Somme toute, rien de moins que ce que mon peuple a l'habitude de façonner pour le reste de ce continent. Pour ce faire, et si vous acceptez mon offre, je vous fournirai tout ce dont vous pourriez avoir besoin. Du plus misérable pinceau au... ha c'est vrai, attendez.

Le tyran se retourna et claqua des doigts. Aussitôt son valet sortit, avant de revenir suivi d'une dizaine de gardes, portant de lourds coffrets. Ceux-ci furent disposés en bon ordre sur un buffet. Rodios Demetre s'acharna sur la serrure de l'une des boîtes, l'ouvrît puis plongea la main dans son contenu. De la poussière de diamant s'écoula comme du sable entre ses doigts fins.

- ...au plus grand trésor. Je veux que ce cadeau soit unique et qu'il reflète notre puissance. J'ai à ma disposition les meilleurs marchands que le monde ait portés, j'ai accès aux plus fins orfèvres et aux plus délicats artisans. Toutes leurs productions sont à vous afin de réaliser un présent qui vous permettra de figurer à mes cotés dans les livres d'Histoire -je vous permettrai à tous de signer votre oeuvre, les noms figureront naturellement après la mention de la cité de Talente et de ma propre personne. Au passage, sachez que si vous acceptez, vous serez aidés par une troisième personne ayant déjà fait montre de qualités esthétiques certaines.

Il se rassit et joignit les deux mains devant un sourire poli.

- Alors, intéressés ?


En train d'élever un griffon...
  • 115 sujets
  • 1232 réponses

Message posté le 20:38 - 8 juil. 2016

Cassiopée n'avait jamais sculpté à base d'or ou de diamant. Elle imaginait déjà ce qu'une telle quantité, voir plus, pouvait apporter à son art.
Elle s'approcha sans rien dire et plongea à son tour ses doigts dans la poussière lumineuse. La matière était douce et reflétait à merveille les éclats alentours.
Elle n'avait jamais sculpté en compagnie d'autrui et ne savait pas si cela lui était possible. La force de son esprit créait plus que ses mains ou ses mots. Qu'en serait-il si la compagnie qu'on lui offrait venait à nuire à ses desseins.

Plongeant ses yeux d'eau claire dans les yeux de Rodios Demetre, elle l'interrogea :

- Je ne suis pas certaine d'être capable de créer avec n'importe qui, êtes-vous certain que votre artiste puisse être lui-même apte à supporter ce que je voudrai mettre en œuvre pour atteindre les sommets que vous souhaitez ? Pour tout dire, je doute de pouvoir créer avec autrui. Je ne sais pas ce qu'est un grapho-mage.


Se tournant vers Timly, elle s'excusa :

- Je suis désolée, ce n'est pas que je ne souhaite vous évincer, loin de moi cette idée, mais c'est plutôt un défaut de ma cuirasse. Peut-être que le mieux serait de ne pas m'associer à cette expérience...

Elle ajouta, malgré tout, en replongeant la main dans la poussière :

- Cette poussière a pourtant des vertus étonnantes. Le résultat pourrait être beau.

Ses lèvres bougèrent à peine, mais la poussière dans sa main, se mit à luire d'un feu froid et éclatant qui rappelait celui des étoiles du matin.


  • 159 sujets
  • 1639 réponses

Message posté le 16:26 - 4 sept. 2016

Timly aurait bien volontiers laisser la Dame travailler seule s'il n'avait pas été aussi intéressée par ses capacités. Cela faisait trop longtemps qu'il n'avait vu son intérêt ainsi piqué à vif !

- Ma Dame, je n'ai pas la prétention de pouvoir créer comme vous nous avez montré en être capable. Je ne crois pas par ailleurs avoir les pouvoirs nécessaires pour créer avec vous.
Par contre, j'ai des connaissances théoriques. De cela, je suis assez confiant. Alors plutôt qu'un co-artiste qui vous dérangerait dans votre création, n'accepteriez-vous pas un guide ou conseiller, capable de vous indiquer d'autres chemins. Que vous serez libre de suivre ou non, bien sûr !


  • 115 sujets
  • 1232 réponses

Message posté le 10:10 - 6 nov. 2016

L'attention de la Dame était écartelée. Attirée comme un aimant par la poussière de diamant transcendait l'effet de sa magie mais désireuse de rester polie avec Timly et le Tyran d'Atlane, elle mit un petit temps pour répondre au partenaire qui s'offrait à elle.

- Je vous remercie Timly d'être aussi attentif à mes souhaits. Je ne connais pas du tout ce qu'est la techno-magie et encore moins celui que vous nommez Von Artelos. Vous avez peut-être raison, un regard extérieur pourrait peut-être être constructif.


Elle se tourna donc vers Rodios Demetre :

- J'accepte votre offre, mais j'ai besoin d'une grande quantité de cette poudre et d'un lieu vaste et isolé. Pouvez-vous me l'accorder ?


  • 159 sujets
  • 1639 réponses

Message posté le 17:55 - 13 nov. 2016

Rodios Demetre ne prit pas la peine de cacher son sourire de satisfaction. Son secrétaire se demanda si c'était du fait du talent de la dame ou d'en avoir fini avec ses entretiens. Probablement autant des deux.

- C'est une affaire conclue donc. Pour les menus détails, partons du principe que c'est accordé. Il fit un signe sec à l'un des gardes et son secrétaire qui s'approchèrent alors que le tyran s'adressait à nouveau à Cassiopée. Ces deux-là feront le nécessaire pour vous permettre d'exprimer votre art dans sa plus grande splendeur. Se tournant vers Timly, il ajouta assez froidement Vous devriez être capable de palier aux autres besoins, vous connaissez notre fonctionnement. Rendez-vous digne de votre statut.

Sans un mot de plus ni un regard, il quitta le bureau en coup de vent.

Timly se dit que son inaptitude à faire preuve de créativité avait fini par agacé le tyran, il avait plutôt intérêt à aider au mieux Dame Cassiopée s'il voulait garder son poste...

- Bien je vous propose de nous diriger vers mon atelier, j'ai quelques lieux en tête qui peuvent correspondre à votre demande, je souhaite vous les montrer sur mes cartes. Par cette chaleur, les visites sur place seraient laborieuses. Et je e serais pas contre une boisson rafraîchissante; qu'en dîtes-vous ?


  • 115 sujets
  • 1232 réponses

Message posté le 19:42 - 27 nov. 2016

Cassiopée réalisa soudain qu'elle aurait apprécié une boisson rafraîchissante après ce temps passé en plein soleil à attendre son tour. Elle accepta donc volontiers l'invitation du Maître-artiste.

- Si vous n'y voyez pas d'inconvénients, j'aimerais passer à mon atelier pour y quérir les cartes pouvant être utiles à nos déplacements futurs si vous voulez bénéficier des matériaux les meilleurs.

Cassiopée le suivit volontiers. Elle profita de ce détours pour admirer les larges couloirs couverts de miroirs cernés de vitraux qui reflétaient leurs images sans fin. Cette réflexion sans cesse répétée était presque insupportable. Et malgré la beauté des ouvrages de verre qui garnissaient les parois, elle avait hâte de quitter le couloir. Comment ces hommes de cour pouvaient-ils apprécier leur image au point de s'admirer ainsi ?

L'atelier de Timly était vaste et plein d'un monceau de pots, tableaux entassés, chevalets de toutes tailles. Il le partageait avec d'autres artistes qui levèrent leur pinceau de leur toile à l'entrée des deux personnages. Mais Timly ne leur parla pas et jugeant sans doute que l'interet de la visite ne valait pas un long moment de déconcentration ils reprirent leur travail comme si de rien n'était.

Timly se dirigea vers l'espace qui lui était réservé. Il regarda sa toile commencé d'un air dépité et plongea dans les tiroirs d'un meuble qui aurait pu être un bureau s'il n'avait pas été recouvert de toutes sortes de pigments et onguents de toutes sortes.

Cassiopée contempla la toile et attentive dit :

- Vous avez peint ceci ? C'est très beau. Votre travail est très précis et minutieux.


^