En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de services tiers pouvant installer des cookies. En savoir plus

Voir les sujets non lus
Marquer tous les sujets comme lus
Accéder aux archives

La chasse à l'extraordinaire.

[Eschorie]CNE Les Fiançailles

Tags : Fiançailles
  • 121 sujets
  • 105 réponses

3 avr. 2016 - 20:59

Annonce d'Eschorie



A l'intention des sujets d'Eschorie,

Que vous soyez à la recherche de renommée, de défi, ou avide de richesses, si vous possédez des grandes compétences dans le pistage, la chasse et la capture, déclarez-vous rapidement au Conseiller Lauriam Durnec dans la demeure du Duc Hilmar Marteau-Segil à Eschorie, pour participer à l'expédition.

Récompense de mission : propriété d'une mine de diamants.


Couleurs des dialogues :
Lauriam Durnec #fdbfb7
Grendelor #daa520
Teysa #EE82EE
Le secrétaire green
Gil de Vilvon #74D0F1
Duc Hilmar Marteau-Segil.


Compte utilisé par l'équipe rôliste.
  • 23 sujets
  • 546 réponses

Message posté le 13:26 - 5 avr. 2016

Lùthien frappa à l'entrée de la demeure du Duc Hilmar Marteau-Segil. Un domestique ouvrit la porte et la détailla en fronçant imperceptiblement le nez : ses cheveux noirs et courts dévoilaient ses oreilles pointues et son habit de cuir moulant noir ne faisait pas partie des tenues appréciées par la noblesse.

-Que puis-je pour vous, ma dame ? fit tout de même l'employé consciencieux.

- Je viens voir le Conseiller Lauriam Durnec, à propos de la chasse pour les fiançailles du Haut Prince, fit l'elfe d'une voix chantante et nonchalante.

- Bien sûr, ma dame, veuillez me suivre.

Le domestique fit entrer Lùthien et la conduisit le long de couloirs couverts de boiseries chaudes, de peintures et de tapis de soie. A sa grande surprise, ils ne montèrent pas et s'arrêtèrent devant une porte de bois assez simple. Le domestique frappa et annonça l'arrivée d'un postulant pour la Grande Chasse. Puis, d'un signe de la main, il invita Lùthien à entrer.

  • 121 sujets
  • 105 réponses

Message posté le 17:23 - 7 avr. 2016

Au delà de la porte, une surprise attendait Lùthien. Elle n'était pas seule. C'était à croire que tout le Duché s'était donné rendez-vous dans un vestibule. L'odeur de viande faisandée empestait la pièce.
La bête se cachait derrière chaque individu.
A l'entrée de la chasseresse, plusieurs hommes levèrent le nez, d'un air arrogant, un sourire dominateur aux lèvres, tandis que les autres piquèrent du leur en apercevant les oreilles pointues.
Plusieurs hommes parlaient entre eux, bruyamment. Chacun se vantait de ses plus belles chasses. Quelques rires ou grimaces venaient ponctuer les contes qui relevaient bien souvent de l'exploit.

La pièce regorgeait de monde et Lùthien n'avait pas fini d'attendre son tour si elle voulait rencontrer le Baron Lauriam Durnec. Le bonhomme avait une réputation d'homme intègre et puissant.


Compte utilisé par l'équipe rôliste.
  • 23 sujets
  • 546 réponses

Message posté le 13:32 - 12 avr. 2016

Lùthien réussit à garder patience pendant dix bonnes minutes. Un exploit. Puis, elle en eut plus qu'assez. Toutes ces odeurs agressaient son odorat très développé et la testostérone qui emplissait l'air lui donnait des envies de massacre. L'elfe devait rapidement sortir de cette pièce surpeuplée et pour cela elle devait réussir à atteindre le bureau.

Dans un premier temps, la Chasseuse tenta une approche discrète, usant de sa souplesse pour se faufiler discrètement entre les hommes, souriant innocemment quand certains lui adressaient un regard de reproche devant son manège. En dix minute, elle réussit à traverser la moitié de la pièce. Pour se retrouver face à un mur de corps. L'elfe sentait l'énervement monter à toute allure. Elle devait trouver le moyen de faire partir tous ces trappeurs du dimanche avant de devenir incontrôlable. Un grondement sourd commença à sortir de sa gorge. Progressivement, les conversations alentours s'atténuèrent puis moururent. Ceux qui étaient trop loin se demandaient quelle bête sauvage avait été introduite dans le bureau. Les plus proches de l'elfe commencèrent à reculer.

Lùthien s'approcha lentement du bureau à reculons, dardant ses yeux dorés sur les hommes présents, le grondement gagnant en intensité. Quelques uns blêmirent et sortirent. Encore quelques pas et l'elfe sentit le bois du meuble contre ses cuisses. Alors elle fit volte-face et le plus naturellement du monde s'inclina en se présentant :

Lùthien, Chasseuse à votre service.

  • 121 sujets
  • 105 réponses

Message posté le 14:14 - 12 avr. 2016

Le secrétaire du baron, recroquevillé sur son siège, regardait la femme qui lui faisait face. Ses yeux exorbités s’arrondissaient en même temps que sa bouche. La tête coincée entre ses deux omoplates cherchait à entrer entièrement dans son corps. En cet instant, il aurait aimé devenir tortue.

Avalant sa salive, il se leva lentement pour ne pas risquer de modifier l'air qui l'enveloppait comme la seule armure à sa disposition.

- Je vous prie de me suivre, madame...

Il entrouvrit une lourde porte et montra son nez au baron.

- Une grande chasseresse, Monseigneur, Luthien.

Mais le baron fit une grimace dubitative et grogna.

- Luthien... Jamais entendu parlé. Elle peut peut-être attendre un peu et passer aux vrais chasseurs d'abord.


Compte utilisé par l'équipe rôliste.
  • 23 sujets
  • 546 réponses

Message posté le 20:17 - 13 avr. 2016

Pendant un quart de seconde, Lùthien se dit qu'elle va directement lui sauter à la gorge et il verra bien si elle peut attendre... Mais l'elfe se retient et lâche nonchalamment en repoussant le secrétaire :

Peut-être que le nom de la Louve Noire vous parlera mieux, dans ces cas-là.


Et pour appuyer ses dires, l'elfe pose une main poilue et griffue sur le bureau du baron.

Et si jamais il vous prend l'idée de sous-entendre à nouveau que je ne suis pas une "vraie chasseuse", la voix chantante de l'elfe devient aussi froide qu'une banquise en plein hiver, je me ferai un plaisir de vous démontrer mes talents... sur votre personne...

Elle a bout de patience et les murmures étranglés qu'elle a entendu lorsqu'elle a révélé son surnom lui font penser qu'elle va avoir des ennuis rapidement si le baron persiste à l'éviter. La plupart des chasseurs la craint mais le reste est suffisamment jaloux pour vouloir lui faire la peau.

  • 121 sujets
  • 105 réponses

Message posté le 12:59 - 15 avr. 2016

Le baron Lauriam Durnec a un long passé de guerrier et la femme, aussi féroce soit-elle, ne l'effraie pas vraiment. Il choisit cependant de se lever afin de s'écarter de son bureau et pose sa poigne sur la garde de son épée. Sa position n'est pas agressive mais sa position de défense active est évidente.

- Chère madame, sachez que ma personne est chasse gardée. Je vous conseillerais donc de porter vos attentions ailleurs.

Il fait mine de réfléchir et ajoute :

- Je n'ai pas eu l'honneur de vous rencontrer mais vous semblez, sous les couverts de la Louve Noire dont j'ai ouie dire quelques combats, être un parfait exemple du genre d’énergumènes que je souhaite trouver dans mon équipe.

Sans lui laisser le soin de répondre à cette invite, il s'empresse de la dominer de sa hauteur en haussant le ton :

- Mais attention madame la Louve ! Il n'est pas question que vous aiguisiez vos crocs sur les hommes qui nous accompagneront !


Compte utilisé par l'équipe rôliste.
  • 23 sujets
  • 546 réponses

Message posté le 13:34 - 15 avr. 2016

Puisque le baron avait enfin fini de la prendre pour une fillette, Lùthien reprit son apparence normale. Elle lui fit un sourire innocent en lui répondant.

Monseigneur, si ces hommes se tiennent correctement, ils n'auront rien à craindre de moi. S'ils oublient que je ne suis pas une courtisane qui suit leur groupe pour répondre à leurs moindres désirs, alors je saurai leur rappeler sans équivoque.

A nouveau un sourire lumineux.

Maintenant que nous sommes d'accord, dites-moi quand et où aura lieu le départ et je laisserai la place pour les autres dans votre bureau.

  • 3 sujets
  • 23 réponses

Message posté le 13:56 - 15 avr. 2016

Teysa... Teysa, Teysa, Teysa... Ce nom résonnait en lui depuis qu'il avait quitté l'Unique et recouvré ses souvenirs. Il était assis devant son miroir à regarder ce visage qui n'était pas le sien. Une lettre glissa sous la porte, il la prit délicatement avant de l'ouvrir en décollant le sceau.

" Monseigneur

Nous vous informons qu'une de vos connaissances participe à un événement proche de votre lieu de résidence actuel. "


Donc voilà, des informations vagues, il n'avait plus droit qu'à cela. Aucune importance peu de gens le reconnaissaient maintenant, ce corps humain n'était plus le sien. Il s'habilla donc pour le seul événement du Duché. Une veste de cuir rembourrée et une grosse cape de fourrure, des bottes chaudes, une écharpe, sa fidèle lame, deux couteaux de chasse, deux arbalètes et un étui plein de carreaux. Il mit aussi ce collier qu'il avait retrouvé parmi ses anciennes affaires, une dent accrochée à une corde souvenir d'un vieux combat, la dent était un croc de loup avec des proportions démesurées. Il se regarda à nouveaux dans le miroir, ébouriffa ses cheveux pour avoir l'air plus sauvage, et prit la direction de la demeure Marteau-Segil. Arrivé devant l'édifice il monta lourdement le perron avant de frapper avec force à la porte de l'édifice.

  • 121 sujets
  • 105 réponses

Message posté le 18:29 - 15 avr. 2016

Le départ étant prévu à l'aube du surlendemain devant les écuries du seigneur, le baron se retrouva seul dans son bureau. Il avait reçu les nombreux chasseurs poussiéreux et puants qui avaient abondé dans son salon et ses choix étaient faits.

Il était pensif. Il avait déjà retenu cinq des meilleurs chasseurs du Comté, dont son vieil ami Meug le sournois qui l'avait mainte fois accompagné pour le guider sur la piste d'ennemis du Duc. Ils avaient fait équipe sans jamais se décevoir, et il comptait bien sur lui pour la réussite de cette quête.
Gil de Vilvon était aussi prévu dans la compagnie et cet homme encore dans le bel âge avait autant de finesse d'esprit que d'agilité dans dans les bois du Comté. Il les connaissait comme les doigts de sa main. Voir mieux. Il avait aussi retenu les deux frères Manguin, Luis et Porli. Ils lui avaient forte impression lorsqu'il les avaient reçus le matin même. Tout en force, ils transpiraient la ténacité et l'esprit d'entreprise. Ils avaient de l'audace et de l'habilité à revendre. Le dernier de sa liste était une surprise pour tous car c'était un gamin d'une quinzaine d'années et à n'en pas douter celui-ci ferait tâche dans l'équipée, mais il n'en avait cure. Il avait vu le gamin à l’œuvre et savait ce qu'il valait. Jamais il n'avait vu une telle rapidité pour tirer à l'arc ou lancer le couteau. Rien qu'y penser le fit sourire de plaisir.
Son sourire disparut quand il pensa au sixième élément : la Louve Noire. L'elfe l'avait vraiment impressionné bien qu'il n'en ait rien laisser paraître. Cette femme empestait la chasseuse comme jamais il n'en avait vue.

Son secrétaire frappa à la porte puis glissa son visage par l’entrebâillement :

- Messire, le Sieur Teysa souhaite offrir son aide à l'expédition. Désirez-vous le recevoir ?

- Non, j'ai fini. Vous pouvez lui signaler que l'équipe est au complet. Je ne souhaite plus être dérangé ce soir.


Compte utilisé par l'équipe rôliste.
  • 3 sujets
  • 23 réponses

Message posté le 14:02 - 18 avr. 2016

Teysa suivit le valet discrètement jusqu'au bureau. En entendant la discutions entre les deux hommes il bouscula sans ménagement le serviteur. Si Teysa n'avait plus accès à sa magie il lui restait son magnétisme, son aura de prédateur, il se dégageait de lui l'odeur du sang des innombrables batailles dans lesquelles il avait lutté pour le pouvoir. Il avait ce regard que le seigneur pose sur ses serfs. et pourtant ce n'était qu'un simple chasseur qui se tenait devant lui l'allure détendu, la main simplement posé sur le pommeau d'un de ses couteaux de chasse. La mine sévère, il fit faire un pas en arrière au recruteur.

- Ainsi vous refuseriez l'un des meilleurs chasseurs d'Aelis par simple fainéantise et sans même le rencontré avant. sachez intendant que rien ne m’empêchera de participer à cette chasse.


Le regard qu'il lui prta en disant ces mots était opressant, lourd et menaçant.

  • 121 sujets
  • 105 réponses

Message posté le 00:05 - 22 avr. 2016

Décidément, la porte de son bureau était une véritable passoire ! Grégoire n'avait plus la résistance nécessaire pour faire face aux adversités. Il allait devoir trouver un secrétaire qui se laisse un peu moins marcher sur les pieds.

La mine sévère, Lauriam Durnec faisait face à l’intrus qui se tenait devant lui. L'homme avait l'air déterminé.

Soudain, la fatigue le fit longuement soupirer. Un soupir de désespoir et d'épuisement comme on en fait peu.

- Écoutez ! Vous vous dîtes chasseur excellent. Hé bien, si c'est vrai, je vous prendrai dans ma troupe ! Mais je veux une preuve !

Ces yeux plissés par la malice et la volonté, il scandait ses mots.

- Cette preuve vous me l’amènerez après-demain à la première heure du jour ! J'attends que vous me rapportiez la peau de dix renards blancs. Ma femme attend après ces fourrures pour se confectionner une petite cape et elles seront la preuve que vous valez ce que vous annoncez.

Sur ces derniers mots. Le baron tourna les talons et emprunta une petite porte à l'autre placée à l'autre bout de la pièce et disparut. Comme il avait tiré sur le cordon de sonnette pour appeler son secrétaire au moment de s'éclipser, Grégoire parut à l'autre porte et mena Teysa jusqu'aux grilles du château.

La nuit tombait, le ciel devenu rouge opacifiait les frondaisons que la montagne écrasait de sa silhouette.


Compte utilisé par l'équipe rôliste.
  • 11 sujets
  • 234 réponses

Message posté le 13:34 - 22 avr. 2016

Un énorme feu ronflait dans la cheminée de la salle commune. L'âtre était tellement grand que l'éclat des flammes, au centre du brasier, suffisait à éblouir quiconque le regardait. C'est au centre de la fournaise que Tephra s'était brièvement caché pour écouter ce qu'il se disait. Le dragonnet, couvert de cendres observait les inconstants rassemblés en ce lieu. Ces choses éphémères ripaillaient, forniquaient ou discutaient dans l'ensemble de cette vaste demeure pour célébrer un évènement dont le sens échappait à l'intrus. Il n'avait pas appris grand chose pour l'instant. Surtout que son instinct le travaillait : plusieurs inconstants empestaient la mort et le sang comme rarement dans l'édifice. Des tueurs qui ne manqueraient pas d'apprécier une décoration à tête de dragon pour orner leur salle des trophées. Cependant, Tephra était assez doué pour les éviter -tout du moins actuellement : ce vaste château regorgeait de conduits de cheminées et de passages réservés aux domestiques qu'il pouvait emprunter en relative sécurité. Même si "relatif" était un mot abhorré dans le vocabulaire absolu des dragons.

Malgré les risques encourues par sa draconique personne, le jeu en valait la chandelle. Une mine entière de diamants était à portée... Un lieu qui, naturellement, ne pouvait rester entre les mains de bipèdes crasseux. Surtout que les inconstants faisaient n'importe quoi, la majorité du temps, avec ces gemmes. Ils les taillaient, les habillaient de vulgaires métaux ou les utilisaient lors de rituels ésotériques. Pire encore, ils se les passaient parfois de parents à enfants jusqu'à ce que ces derniers meurent avec dans une contrée abandonnée ou finissent par les perdre. C'était donc un crime contre tous les dragons du monde -surtout lui- de voir un tel potentiel gâché.

Tephra avait décidé d'épier le chef des... humains... pour repérer l'emplacement de la mine et en chaparder une bonne partie du contenu - qui lui revenait de droit. Cependant, que l'homme fusse prudent ou chanceux, il n'avait jamais laissé d'indice sur l'emplacement de la concession. Le dragonnet prenait donc son mal en patience afin de récupérer un trésor qu'il pourrait savourer durant des siècles. Lors de ses errements dans le château, son ouïe affutée avait entendu dire qu'une expédition se préparait -une sorte de chasse aux monstres. Drôle de nom pour une traque qui allait se dérouler avec l'appui de telles créatures : surtout lorsqu'on embauchait des êtres qui sentaient, parlaient et paraissaient être des oreille-de-lynx mais qui étaient dotés de surprenantes capacités de métamorphose. En effet, beaucoup de sbire murmuraient dans les couloirs du château au sujet d'une certaine louve noire, ou un autre pseudonyme que le dragonnet jugeait aussi ronflant que débile, et qui devait participer à la traque. Beaucoup manifestaient un mélange d'admiration et de crainte pour cette chose, jugeant sa forme physique attrayante -Tephra admettait que cette femelle présentait un certain attrait esthétique- et ses capacités martiales terrifiantes. Pourtant -et naturellement- en-deçà de celles d'un drake...

Tephra n'allait de toute façon pas vérifier. Il ne comptait pas trop approcher ces "dangereux" inconstants, seulement les suivre pour découvrir l'emplacement de la mine de diamants tant désirée. Une fois cette dernière obtenue, le dragonnet réfléchirait aux surnoms qu'il pourrait s'inventer. "Tephra-le-dragon-au-scintillant-brasier-de-diamants" lui semblait une bonne piste à explorer.


En train d'élever un griffon...
  • 3 sujets
  • 23 réponses

Message posté le 15:35 - 6 mai 2016

Teysa acquiesça et ressortit du château. Il rentra chez lui, prit des provisions et partit sans plus attendre dans les montagnes enneigées. Le chasseur passa la première nuit à crapaüter pour atteindre le point de chasse et les neiges éternelles. Là il prit le temps de chercher les odeurs d'une piste, quand enfin elle se présenta à lui, Teysa partit à sa suite, se déplaçant silencieusement à travers les grands pins. Là, devant lui se tenait un magnifique renard au pelage blanc, dont seul se détachait sa truffe noire et ses yeux rusés. L'homme s'approcha silencieusement, le pas déformant à peine la neige, restant face au vent pour cacher son odeur. Il sauta brusquement sur le goupil et d'un geste brusque sa main agrippa la tête et cassa d'une secousse nette et brutale la nuque. Il n'y avait eu aucune effusion de sang, la neige indemne ne gardait aucun témoignage du meurtre qui venait d'être commis au dessus d'elle. Le chasseur attacha la bête à une corde qu'il porta en bandoulière. Il mastiqua un morceau de viande séchée, puis il repartit chasser. Le lendemain soir il arrivait devant son logis, il posa dix cadavres blanc sur la table et partit chercher ses outils. Il prit une première lame blanche et cristalline, une lame de sel qui permettait d'absorber le sang et de ne pas tacher la peau, là il entailla de dessous le museau jusqu'au rectum le moins profondément possible. Puis perpendiculaire à cette première entaille il en fit deux autres aux niveau des pattes antérieures puis inférieures. Puis, délicatement Teysa enleva la peau comme un simple vêtement et répéta le processus sur chaque bête. Ensuite il écharna les dix peaux avant de les laver à l'eau chaude. Enfin, il les fit sécher pendant qu'il préparait un mélange avec le cerveau des bestioles. Alors, il tanna les peaux avec la solution de cervelle et les étendit le temps de faire une sieste. Au matin il assouplit d'abord les pelisses blanches avant de les remettre sur leurs cadres puis il repartit pour la résidence afin donner son trophée.

  • 121 sujets
  • 105 réponses

Message posté le 13:20 - 8 mai 2016

Les frères Manguin étaient arrivés dans la nuit devant les écuries du Duc. Tout le monde dormait profondément. Luis avait sortit son couchage pour s'allonger sans mot dire, tandis que Porli s'était contenté de sa pipe pour veiller son frère en attendant l'aube. Luis n'avait pas tardé à ronfler tel un ours.
C'est Meug le sournois qui l'avait réveillé, les sabots ferrés de son cheval sonnant sourdement sur la terre battue de la cour. Meug avait bien tenté de lier une conversation avec les deux frères, mais ceux-ci étaient aussi bourrus l'un que l'autre. Aussi avait-il abandonné. Il circulait dans le périmètre des chevaux, surveillant la mise en route des premiers palefreniers sortis de la paille.

Aux premières lueurs de l'aube le maréchal ferrant fit une apparition accompagné de Gil de Vilvon. Il vérifia l'état des chevaux qui devaient participer à l'expédition et de leurs fers. Gil de Vilvon ne resta pas. Il se dirigea vers la battisse pour en ressortir quelques instants plus tard avec le baron.

Celui-ci fronça les sourcils contrarié :

- Je vois que l'équipe n'est pas au complet. Ça commence bien !

Mais à peine avait-il prononcé cette accusation que Teysa fit son entrée. Un grand sourire aux lèvres il tendit son bouquet de fourrures blanches au baron.

- Tenez, baron Durnec, votre femme ne sortira pas nue cet hiver !


Lauriam Durnec soupesa le lourd colis que lui livrait Teysa. Il huma le fin parfum de la peau tannée et caressa la soie interne et la douceur de la fourrure. Puis, il fit un moue appréciatrice.

- Je crois que vous avez gagné votre participation à l'expédition. J'avoue que vous avez été efficace et consciencieux. Les renards blancs ne sont pas si fréquents à cette époque de l'année. N'est-ce pas Gil ?

Gil de Vilvon secoua fermement la tête, mais ajouta :

- Vous n'avez pas de cheval ?

Mais déjà, le baron avait fait signe au maître d'écurie de venir. Il lui réclama Flimel, une petite jument de selle Mérens, à la robe noire. Celle-ci serait parfaite pour circuler dans les taillis.
En attendant que le cheval soit préparé, chacun enfourcha le sien et le baron gronda.

- Si je comprends bien, il ne nous manque que la louve ! Et ce genre de personnes se croient indispensables...


Compte utilisé par l'équipe rôliste.
  • 23 sujets
  • 546 réponses

Message posté le 14:47 - 8 mai 2016

A peine le baron avait-il parlé qu'une ombre se détacha du mur. Les chevaux s'agitèrent nerveusement en sentant la louve. Lùthien s'avança nonchalamment et répliqua d'un ton ironique.

Si vous preniez le temps de regarder autour de vous, peut-être constateriez-vous que nous sommes au complet.

Elle leva une main pour couper court à toute remarque.

Et avant que vous ne posiez la question, non, je n'ai pas de cheval. Ces bêtes-là ne m'aiment pas.

Pour appuyer ses dires, l'elfe s'approcha des montures qui se mirent à piaffer et à rouler des yeux. Les cavaliers eurent du mal à les retenir jusqu'à ce que Lùthien recule.

Je suivrai à pieds, ne vous en faites pas, je ne vous retarderai pas.

L'elfe était arrivée au cours de la nuit. Elle avait senti chacun des participants, ne relevant rien d'extraordinaire chez eux. Elle avait assisté à l'arrivée de Teysa, notant avec intérêt son habileté aussi bien à la chasse qu'au tannage. D'un signe de tête, elle salua l'équipe. Son regard doré se tourna à nouveau vers le baron.

Pouvons-nous savoir vers où vous voulez nous emmener, et ce que nous chasserons?

^