En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de services tiers pouvant installer des cookies. En savoir plus

Voir les sujets non lus
Marquer tous les sujets comme lus
Accéder aux archives

Les participes passés

Terminaisons et utilisation des auxiliaires

  • 86 sujets
  • 565 réponses

6 nov. 2015 - 11:19

"Terminons" en avec les participes passés, partie 1


Ce sont des erreurs qui sont souvent faites, dans lesquelles on se perd bien plus souvent encore lorsqu'il s'agit de les corriger ; je veux parler de l'application des règles du participe passé.

Un participe passé, c'est ce verbe dont vous ne connaissez jamais la terminaison après les auxiliaires être et avoir. Surtout avoir. On les trouve donc aux temps composés comme le passé composé, le futur antérieur, le plus que parfait, ou le passé antérieur. Il faut déjà retenir une chose : peu importe le temps, le participe passé fonctionne toujours de la même manière, et se construit toujours avec le radical du verbe (chant/er) et la terminaison du participe passé. C'est cette terminaison qui va nous intéresser ici.

Commençons par les terminaisons, donc.

1° astuce : Un participe passé ne pourra jamais s'écrire avec une terminaison en "er".

Le participe s'accorde en genre et en nombre avec le sujet (être) ou avec le COD (avoir) ; nous y reviendrons. On met donc un "e" à un participe féminin, et un "s" à un participe pluriel.

Les terminaisons des verbes du premier groupe (tomber) et du second groupe (sortir) sont les mêmes.

Les terminaisons des verbes du troisième groupe se comptent eux au nombre de trois catégories. C'est là que se corsent les choses, et où l'on peut douter !

2° Astuce : Essayez toujours de mettre au féminin pour savoir quelle terminaison utiliser si vous avez un doute. Pour cela, transformez "Il" par "Elle". Un peu comme pour le mariage gay. Vous voyez, c'est pas si compliqué ! Ca marche dans la plupart des cas sujets au doute.

Essayer de le dire au féminin permet de connaître la fin du radical du verbe que l'on utilise. De cette forme du radical dépendra ensuite les terminaisons appliquées.

On distingue ainsi "prise", "vue", "faite" et "absoute", qui au masculin donnent "pris", "vu", "fait" et "absous".


Je n'ai pas de conseil particulier pour retenir quelle est la forme féminine d'un participe. Cela peut s'apprendre par cœur, je vous le déconseille, ou à l'usage. Et je ne peux que vous conseiller de lire, beaucoup, pour apprendre comment s'écrivent les mots.

Maintenant que nous avons vu quelques astuces concernant la terminaison des participes passés de manière générale, nous verrons dans la partie 2 dans quels cas
on doit utiliser ces terminaisons.

  • 86 sujets
  • 565 réponses

Message posté le 11:24 - 6 nov. 2015

On va pas se faire "avoir" ! , partie 2

Hier, il était question de savoir quelles étaient les terminaisons du participe passé, et surtout comment déterminer laquelle utiliser. Aujourd'hui, pour finir ces astuces sur le participe passé, je tenais à vous parler de comment savoir quand les utiliser.

Il existe deux cas d'utilisation du participe passé : avec l'auxiliaire être et avec l'auxiliaire avoir.

Il faut savoir que le participe passé s'accorde toujours en genre (masculin/féminin) et en nombre (singulier/pluriel) lorsque l'on utilise le verbe être, et ce avec le sujet du verbe.
Cela n'a rien de plus compliqué que de déterminer quel radical utiliser, ce que nous avons vu hier.

Là où ça se complique, c'est avec l'utilisation de l'auxiliaire avoir

La règle : Le participe passé utilisé avec l'auxiliaire avoir s'accorde en genre et en nombre avec le complément d'objet direct placé avant l'auxiliaire.

Cela signifie qu'il va falloir être attentif et savoir reconnaître ces fameux COD pour pouvoir accorder le participe passé. C'est non seulement en fonction du genre et du nombre du COD que le participe passé s'accorde, mais aussi en fonction de sa place dans la phrase !

Astuce 1° : Si on ne dit pas "à ta mère", l'utilisation correcte de l'expression "de ta mère" ne constitue cependant pas non plus un complément d'objet direct à cause du "de" devant le complément : il est indirectement relié au verbe (COI) à l'image de "sur" pour les compléments de lieu.


Voici différentes formes du COD :


J'ai chanté une chanson

Le COD est placé après le verbe, il ne s'accorde donc pas.


Je l'ai chantée
La chanson que j'ai chantée
Je les ai chantées

Le COD est placé avant le verbe et possède plusieurs formes pour cela : il s'accorde en genre et en nombre. Si vous voyez un participe avec un "le/la/les/l' " ou un "que/qui/qu'a" avant l'auxiliaire avoir, demandez vous toujours à quoi renvoie ce mot, et s'il est nécessaire d'accorder le participe passé en conséquence.



Astuce 2° : Les termes "en", "lui", "leur", "y" sont des compléments d'objet indirects qui pourront vous faire vous poser la question en étant placés avant avoir : ce sont des compléments d'objet indirects, ils ne permettent pas l'accord du participe

^