En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de services tiers pouvant installer des cookies. En savoir plus

Voir les sujets non lus
Marquer tous les sujets comme lus
Accéder aux archives

Balade au cœur des marais

Aventure de lucanus chez les loutrikor

  • 14 sujets
  • 281 réponses

9 nov. 2017 - 20:35

#AD4F09

Le soleil pointait le bout de son nez à travers les rideaux de la chambre d'auberge. Un rayon chaleureux se posa sur la joue puis l’œil de Lucanus, le tirant de son sommeil. Après s'être étiré, l'homme se leva et ébouriffa sa masse de cheveux paille tentant vainement de leur donné un côté moins sauvage. Après s'être habillé il descendit dans la salle de l'auberge "Aux Portes de Nekosii" qui bordait la petite ville de Potamepolis au sud-est de Ter Aelis.

Après de long jours de marche, l'homme avait atteint sa destination, le sous pays de Nekosii et ses marais. En manque d'inspiration et d'imagination pour son roman, il s'était lancé en quête de rencontré le peuple Loutrikor et d'en apprendre davantage sur ce dernier. Très méconnu et presque légendaire en Ter Aelis.

En arrivant dans la salle principal, il se dirigea vers le comptoir.
Un café et une miche de pain s'il vous plait! Et si vous connaissez quelqu'un qui possède une carte des marais de Nekosii cela m’intéresse.

L'homme le regarda un peu abasourdi, il attrapa une tasse et y versa un café noir qui sentait le brulé. IL donna un bout de miche à Lucanus accompagné du café et lui répondit:

Une carte des marais ? Personne n'y va à ma connaissance ou alors des gens paumés qui n'ont rien à perdre. Ils n'ont pas bonne réputation. Je ne peux que vous conseillez de ne pas y aller.


  • 23 sujets
  • 552 réponses

Message posté le 14:15 - 11 déc. 2017

Toujours par monts et par vaux, Lùthien passait par le pays de Nekosii pour aller à Sul Atre. Elle venait de La Talante et avait pris le chemin le plus détourné afin de visiter un peu. Attablée dans la salle de l'auberge "Aux portes de Nekosii", elle entendit la demande de l'homme blond, ce qui piqua sa curiosité.

L'elfe se leva donc pour s'approcher de lui. Ses courts cheveux noirs ne cachaient pas ses oreilles pointues et ses vêtements de chasseuse près du corps mettaient en valeur sa longue silhouette. Ses yeux dorés se posèrent sur l'homme et elle demanda d'une voix légèrement chantante :

Vous voulez aller dans les marais? Qu'est-ce qui vous attire là-bas, il n'y a que des moustiques et des sangsues à mon avis.

Lùthien le regardait la tête légèrement penchée sur la côté gauche, la curiosité se lisant sur tout son visage.

  • 14 sujets
  • 281 réponses

Message posté le 12:24 - 17 déc. 2017

#AD4F09

Lucanus se tourna vers son interlocutrice, une elfe visiblement. Tout dans son allure montrait une baroudeuse aux yeux de l'homme.

Qu'est ce qui m’intéresse ? La découverte de lieux insolite et propice à l'inspiration de nouvelles histoires ou conte pour les froides soirées d'hiver. Je sens qu'il y a plus dans ce marais que beaucoup ne le pense.

Lucanus reprit une gorgée de café et croqua à pleine dent dans la miche de pain. Ce dernier commençait à sécher et ne datait pas du jour visiblement. Enfin bon, il avait l'habitude de ce genre d'aliment. Il regarda de nouveau l'elfe :

Pourquoi cet intérêt pour ma demande ? Voudriez vous me conduire au pays des sangsues et des moustiques comme vous le mentionnez ?

Il regarda l'elfe avec insistance, se demandant ce qui pouvait pousser une personne de son type à s'intéresser à son cas de vagabond. Lucanus se gratta négligemment la barbe de trois jours qui ornait son visage. Il posa quelques pièces sur le comptoir à destination de l'aubergiste et se leva.


  • 23 sujets
  • 552 réponses

Message posté le 19:22 - 17 déc. 2017

Lùthien se renfrogna au son des mots histoire et conte. Puis elle repensa à ce qui l'attendait et se dit que la compagnie d'un homme lettré la changerait des soldats. Elle réfléchit quelques secondes supplémentaires avant d'emboiter le pas à l'homme et de payer l'aubergiste.

Vous savez quoi? Je m'ennuie suffisamment pour que les moustiques et les sangsues me paraissent intéressants !


Elle tendit la main avec un sourire.

Je m'appelle Lùthien, et si vous voulez de la compagnie, laissez-moi prendre mes affaires et je vous suis.


En quelques enjambées rapides, l'elfe rejoignit sa chambre, prit son sac-à-dos contenant ses rations et ses armes et rejoignit l'homme qui sortait.

  • 14 sujets
  • 281 réponses

Message posté le 11:42 - 22 déc. 2017

Lucanus regarda la main tendue de l'elfe. Après un instant d'hésitation il la serra.

Enchanté, Lucanus pour vous servir et prêt à conter notre expédition au cœur des marais si elle s'avère passionnante. Je vous attends dehors.

Sur ces mots, il se dirigea vers la sortie. L'homme remit ses affaires en ordre et attendit l'elfe appuyé sur le mur de l'auberge, bâton de marche en main. Luthien le rejoignit, un mince sourire se dessina sur les lèvres du conteur qui se redressa et se dirigea vers le sud de le ville et la périphérie des marais. Sur un ton joyeux, il lança suffisamment bas :

Allons rencontrer ces êtres de légendes qui peuplent ce territoire visiblement méconnus des locaux. Ma chère guide, je vous laisse m'ouvrir le chemin, puisqu'il semblerait que vous soyez habituer aux longues expéditions.


  • 23 sujets
  • 552 réponses

Message posté le 13:07 - 26 déc. 2017

Lùthien et Lucanus marchèrent d'un bon pas jusqu'à midi environ où ils firent une pause pour se restaurer. Le chemin était correct pour le moment, facilitant leur avancée. L'odeur des marais commençait à arriver aux narines de l'elfe qui estima qu'ils avaient encore une heure de route avant d'y être vraiment. Là, cela deviendrait plus compliqué. C'est ce qu'elle expliqua à son compagnon.

Nous devrions être aux marais d'ici une petite heure, Lucanus. A partir de là, il faudra être prudent et chercher un chemin sûr afin de ne pas tomber dedans, ce qui n'est ni agréable ni sans danger. Je ne connais pas la faune de la région mais les marais sont en général un endroit avec des créatures peu accueillantes. Sans compter que parfois il est très difficile de sortir de la boue...

Lùthien reprit un morceau de fromage sur une large tranche de pain et l'attaqua avec entrain.

Comment voulez-vous vous y prendre? Faire le tour des marais ? Chercher un chemin pour les traverser par le coeur?

Elle s'appuya contre un arbre et profita du rayon de soleil pâle qui pointait. Elle avait l'impression d'être en vacances et avait le coeur léger.

  • 14 sujets
  • 281 réponses

Message posté le 20:32 - 4 janv. 2018

Lucanus grignotait légèrement tout en écoutant l'elfe lui faire un point sur leur destination. Pour finir, elle s'appuya contre un arbre attendant sa réponse.

L'homme réfléchit un moment, trouver les loutrikors nécessiterait de s'enfoncer au cœur des marais pensait-il, mais le devrait-il immédiatement ? IL prit le temps de la réflexion pendant que l'elfe prenait un bain de soleil dans ce temps quelque peu brumeux.

Hum, j'aimerais bien passer par le cœur des marais ou leur bordure maritime si cela est possible ? Je pense que ce sera dans ces endroits que j'aurais le plus de chance de trouver ce que je cherche.

Lucanus attarda un moment son regard sur le visage de Luthien y cherchant une réponse à sa question ou une envie de repartir. Plus il la regardait, plus il avait l'impression de sentir une beauté un peu animale dans cette elfe. Il sourit intérieurement, avec un tel compagnon son voyage promettait d'être riche en histoire.

Ma dame, peut être pourriez vous me conter certaines de vos aventures,
je pourrais en tirer quelques inspirations pour de futur chants ? Cela égayerait notre marche.


  • 23 sujets
  • 552 réponses

Message posté le 13:21 - 6 janv. 2018

Lùthien s'étrangla en entendant la demande de Lucanus puis sourit. Un sourire carnassier. Elle se leva d'un bond souple et reprit la marche.

Très bien, nous passerons par le coeur alors. Dès que nous serons aux abords des marais, il faudrait marcher dans les pas l'un de l'autre. Quant aux histoires...
Son regard doré pétillait de malice... Laquelle vais-je pouvoir vous raconter sans vous faire frémir jusqu'aux orteils?

L'elfe, bonne joueuse, savourait l'instant tout en choisissant mentalement ce qu'elle pouvait dire ou non à l'homme qui l'accompagnait.

Une histoire d'amour qui finit mal? Le sauvetage d'enfants dans une mine? L'infiltration d'une société malfaisante? La partie de chasse pour le mariage du prince?... Hmmm, j'ai un faible pour les parties de chasse... Qu'en pensez-vous?

  • 14 sujets
  • 281 réponses

Message posté le 08:24 - 21 janv. 2018

Lucanus écouta distraitement l'elfe énumérer quelques faits glorieux auxquels elle avait participé. Son regard dérivant sur les nuages qui apparaissaient lentement mais surement au dessus de leur tête.

Hum, la partie de chasse ne me dit rien. Je serais tout ouïe à votre histoire tant que ces nuages ne nous importunent pas trop. Cheminer sous la pluie, dans les marais, ne sera pas de tout repos.

Sur ces mots, l'homme reprit son bâton et invita l'elfe à lui montrer le chemin. Il pourrait l'écouter conter nombre d'histoire avant qu'il n'arrive à trouver son objectif, du moins le supposait-il.


  • 23 sujets
  • 552 réponses

Message posté le 20:16 - 1 févr. 2018

Lùthien passa devant tout en jetant un oeil aux nuages. Malheureusement, il semblait bien que la pluie veuille s'inviter à leur promenade... L'elfe avançait prudemment mais encore d'un bon pas, ils n'étaient qu'à deux ou trois kilomètres des marais.

Cette partie de chasse avait pour but de trouver un cadeau pour les fiançailles du Haut Prince Caïn Vandrick. Pour moi, c'était surtout l'occasion de partir en vadrouille, il faut bien le reconnaître. Nous étions... 7 si je me souviens bien et nous sommes partis pour les montagnes à la recherche de quelque chose de suffisamment rare pour être un présent digne du prince.


Lùthien parlait de sa voix chantante, retraçant cette aventure comme s'il n'y avait rien d'extraordinaire.

Évidemment, j'étais la seule femme au milieu d'un groupe de mâles, se prenant tous pour des dominants et des chasseurs émérites alors que la plupart n'aurait même pas su trouver un renard dans une forêt. Sur les indications d'un des membres du groupe, un certain Janus, un être assez énigmatique ma foi, nous nous sommes orientés vers un nid de griffons.

Ils étaient maintenant aux abords des marais. L'elfe fit signe à Lucanus de passer derrière elle et d'un pas prudent elle testait chaque pas pour voir si elle s'enfonçait ou non. Une fine pluie commença à tomber en même temps que le soleil baissait. Ils avaient encore 2 ou 3 heures pour avancer avant de devoir trouver un endroit où dormir.

  • 14 sujets
  • 281 réponses

Message posté le 19:37 - 10 févr. 2018

Le conteur se passionnait pour l'histoire qui lui était contait et les détails qu'il retenait et gardait en mémoire n'était pas forcément les plus évidents au premier abord. La mémoire de l'elfe semblait très précise ce qui plut énormément à l'homme. Elle pouvait devenir une source d'inspiration inépuisable à ses yeux.

L'avancé devenait de plus en plus lente et pénible et de nombreuses mares et zones boueuses faisait leurs apparitions autour d'eux. Lucanus était content d'avoir un guide aussi précautionneux et douée que Luthien. Elle semblait trouver son chemin avec une grande facilité.

Excusez moi de vous interrompre en plein récit, mais que pensez vous de s'arrêter pour dormir avant d'être trop profondément enfoncé dans les marais ? Nous ne savons ni vous ni moi de quoi est fait le terrain au cœur de ce marécage, s'il s'avère que peu de sol dur existe nous risquons de passer une très mauvaise nuit au milieux des insectes et de l'humidité qui se dégagera.

Cet interpellation coupa l'elfe dans récit, Lucanus fit un pas de côté et son pied s'enfonça légèrement dans la boue, il devait faire attention à ne pas trop s'égarer dans ses pensées et l'écoute de son accompagnatrice le terrain allait receler de plus en plus de piège.


  • 23 sujets
  • 552 réponses

Message posté le 20:56 - 2 mars 2018

Lùthien s'arrêta brusquement, interloquée par la réflexion de Lucanus, puis éclata de rire.

Excusez-moi, j'oublie toujours que les humains ne sont pas à l'aise la nuit. Faites attention où vous mettez les pieds, ajouta-t-elle en riant toujours quand le conteur faillit s'embourber en voulant la contourner. Vous avez raison.

L'elfe tourna la tête et scruta le terrain autour d'elle. Elle avisa un petit groupe d'arbrisseaux.

Je pense que c'est le meilleur endroit. En faisant attention, nous devrions y être d'ici trente minutes. Nous aurons ainsi le temps de nous organiser pour la nuit.

Elle scruta à nouveau le terrain mais cette fois au niveau du sol pour déterminer leur chemin puis reprit sa marche prudente. Sa voix s'éleva à nouveau, rythmant leurs déplacements.

Nous avons donc continué notre route et nous avons effectivement atteint une falaise où nichait un couple de griffons. Et, comble de chance, il y avait deux oeufs. Toute la difficulté était de réussir à les dérober sans se faire démembrer par les parents... Nous avons utiliser une technique simple : la diversion.

A partir de là, le récit de l'elfe dévia de la réalité même si les grandes lignes étaient vraies.

Nous avons réussi à éloigner les deux parents, Janus et moi, pendant que le reste du groupe s'occupait de récupérer les oeufs. Il ne faut pas oublier que c'est assez volumineux. Janus et moi avons rivalisé d'ingéniosité pour tenir les parents à la fois éloignés des oeufs et éloignés de nous pour ne pas subir de blessure. Enfin, ce n'est pas tout à fait vrai, Janus a même carrément sauté sur le dos de l'un d'eux pour tenter de l'assommer... Mais le résultat a été à la hauteur de nos efforts : nous avons récupéré les deux oeufs et nous sommes repartis sans grands blessés.

Les deux voyageurs avaient atteint le bosquet visé. Le sol, bien qu'humide, était solide et le feuillage des arbrisseaux offrait un couvert contre la pluie si jamais elle tombait.

Dommage, ils ne sont pas assez solides pour qu'on puisse monter dedans
, dit en soupirant Lùthien. Je n'aime pas dormir au sol dans un endroit que je ne connais pas. On ne sait jamais ce qui peut venir vous déranger... Il nous faut au moins un feu. Restez ici, je reviens avec de quoi l'alimenter.

Alors que la nuit tombait, ils avaient un feu et deux couches de feuillages. Lùthien fouilla dans son sac pour en sortir quelques provisions : un pain et du fromage, des baies qu'elle avait récoltées dans la journée ainsi que de la viande séchées.

Si vous avez de quoi agrémenter, ce ne sera pas un mal. Sinon ce sera un repas frugal. Il faudra chasser demain.

  • 14 sujets
  • 281 réponses

Message posté le 12:30 - 25 mars 2018

Lucanus s’était assis sur une des couches de feuillage pendant que l’elfe s’était chargé des préparatifs du feu. Son intuition été bonne, elle semblait vraiment maitrise la nature sauvage et la survie en milieu inconnu. Il avait dégoté un compagnon de choix pour son voyage.

De quoi agrémenter, je pense que je vais avoir la même chose que vous, miche de pain, fromage et viande séchée. Il me reste cependant deux pommes, tenez.

Il tendit une pomme à l’elfe.

Entre deux bouchées, le conteur s’adressa à l’elfe :

Merci, pour vos histoires, hors nous divertir elles seront certainement sources d’inspirations pour de nombreuses balades ou écrits. Avez-vous une idée d’un nombre de lieues qui nous séparent de la bordure des marais ? J’ai une assez bonne idée de la surface totale de cette étendue mais uniquement sur une carte. Au vu de notre vitesse, je doute que nous atteignons le cœur des marais avant un jour ou deux et donc le moment ou ce voyage risque de devenir passionnant.

Lucanus finit son morceau de viande et laissa ses yeux dériver sur les flammèches qui dansaient au grès de la brise. Son esprit entier se focalisait sur la rencontre à venir et les espoirs qu’il fondait en elle pour son avenir d’écrivain et d’explorateur. Ils étaient peut être sur le point de rencontrer un des peuples les plus mythiques d’Aelis.


  • 23 sujets
  • 552 réponses

Message posté le 21:14 - 10 avr. 2018

Lùthien regarda Lucanus d'un air surpris.

Mais nous sommes déjà à la lisière du marais. Je ne connais pas la taille exacte, cependant je pense qu'il nous faudra encore deux jours de marche, si tout se passe bien, pour atteindre le coeur.

L'elfe se tût et observa les alentours. Une impression désagréable venait de la prendre.

Je prends le premier tour de garde. Si vous avez une arme, gardez-la près de la main, la nuit pourrait être mouvementée.

Lùthien s'installa dos au feu et ferma les yeux. Elle laissait sa vision s'habituer au noir après la lumière du feu et se focalisait surtout sur ses autres sens, l'ouïe et l'odorat particulièrement. De loin, on aurait pu croire qu'elle somnolait, n'était son port droit et ferme. Assez rapidement, la respiration de Lucanus s'apaisa et la chasseuse se calqua sur son rythme.

Ce n'est qu'environ une heure trente plus tard que les premiers sons inhabituels se firent entendre. C'était ténu : un clip-clap trop régulier, un souffle porté par l'écho... Puis se furent les odeurs : vase rance, oignons pourris... Elle se retint à grand peine de se boucher le nez. Quoi que ce fut qui arrivait, cela ne devait pas connaître le mot "hygiène". Elle estimait qu'ils étaient cinq. De petite taille. Pas de bruit de ferraille. Elle hésita à réveiller Lucanus et préféra garder l'effet de surprise.

Il leur fallut dix minutes pour atteindre les abords du camp. L'elfe les entendit se concerter pour savoir comment s'y prendre. Des amateurs donc. Lùthien s'étira ouvertement, comme se réveillant d'un bon somme et les entendit glapir de crainte et de surprise. Des gobelins. Elle retint un reniflement de mépris et ouvrit ses yeux, qui brillèrent dans la nuit comme ceux d'un chat. Se levant lentement, la lueur du feu découpa sa haute et mince silhouette, rendant visibles ses longues oreilles pointues si caractéristiques. Ce fut la débandade chez les futurs attaquants qui préférèrent regagner le marais.

Lùthien attendit encore une heure mais ils ne revinrent pas avec des renforts. leur clan devait être affaiblit ou bien l'enjeu ne leur semblait pas suffisant. Elle réveilla alors Lucanus, ne lui parla de rien, lui demandant simplement de la réveiller dans deux heures. Elle n'avait pas besoin d'autant de sommeil qu'un humain.

^