En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de services tiers pouvant installer des cookies. En savoir plus

Voir les sujets non lus
Marquer tous les sujets comme lus
Accéder aux archives

projet SV

qui est Didier ?

Tags : didier
  • 33 sujets
  • 430 réponses

1 déc. 2018 - 13:58

Travaux en cours

Moi à la pêche (chapitre 3)


Bon.
On va pas se mentir : j'ai parfois tendance à un peu m'emporter. Souvent plus que de raison et pour des motifs futiles.
Enfin, non, pas tout à fait quand même. Quand je m’énerve, c’est surtout parce qu’un crétin ou un autre finit par atteindre un degré d’ineptie inacceptable. J’ai beau être gentil et bien éduqué, la plupart du temps, je suis tout de même forcé de constater que l’immense majorité de mes contemporains sont des cons. Voire même de total abrutis. Du coup je me mets dans des états pas possibles, j’ai des envies de meurtres et comme je dois rester discret à cause de mes pouvoirs, je me retiens de les dézinguer et à la fin je suis frustré.
Depuis longtemps j’ai compris qu’il était inutile de rager contre la nature humaine dans ce qu’elle a de plus global. De mon point de vue, notre espèce est un projet voué à l’échec et aucun de ses représentants n’est capable de rattraper l’autre. N’empêche que pris individuellement dans mon environnement immédiat, j’ai quand même l’impression que ceux qui m’entourent sont encore pire que la moyenne planétaire. Quelque part c’est une forme d’injustice. Je veux dire : j’entends parfois un quidam ou un autre dire des choses comme “oh ouais, moi j’ai des supers potes : ils sont vraiment sympas et gentils et bienveillants” et trucs du genre. Moi, j’ai beau chercher, même quand je suis loin d’Angevilliers, je tombe toujours que sur des connards et des grognasses. C’est limite anxiogène. Si ça ne tenait qu’à moi, je balancerais tous ces guignols dans le vide-ordure ou sur orbite et bon débarras, #sauvonslaplanète.
Je dois avouer qu’à force de fréquenter toute la lie de l’Humanité et de ressentir une colère inoïe, j’ai un peu la trouille de me chopper un ulcère ou une saloperie du style.
Je me suis donc abonné il y a quelques mois à la revue PsychoMag, le magazine du bien-être et de la plénitude. La plupart des articles sont à chier et me font détester encore plus les psys, mais de temps en temps je trouve des sujets à peu près intéressants pour mon cas. Comme par exemple celui dans lequel on me conseillait de me recentrer à l’aide de hobbys ou d’activités qui permettent de retrouver le calme. Le principe n’est pas tant de se découvrir une passion quelconque pour passer le temps que d’entamer une démarche intime pour revenir en phase avec soi-même. C’est en tout ce qui était écrit.

Je me souviens que petit, j’avais commencé une collection de timbres. J’avais sans doute été encouragé dans cette voie par un couillon de ma famille ou un prof bien intentionné. Le fait est que j’y avais pris goût et avec du recul je suppose que c’était parce que pendant que j’étais absorbé par mes albums et mes enveloppes, je ne me souciais pas du reste du monde et que celui-ci me fichait une paix royale.
Du coup, il y a quelques semaines, j’avais profité de la corvée de repas du dimanche chez mes parents pour farfouiller dans l’armoire de mon ancienne chambre. J’avais retrouvé ma collection et je m’étais demandé si elle avait pris de la valeur depuis le temps. J’étais donc allé me renseigner dans une boutique de philatélie quelques jours plus tard.
Le commerce en question était une espèce de turne immonde qui sentait le renfermé et la naphtaline. Le propriétaire ressemblait à un antiquaire pédophile mais je lui avais quand même montré mes timbres. Il avait tout de suite soupiré et tourné les pages des albums sans vraiment s’y attarder. Pour essayer de l’intéresser un peu, je lui précisais que ça faisait bien vingt-cinq ans que je n'y avais pas touché et que depuis tout ce temps il y avait là-dedans des pays qui n’existaient même plus, genre la DDR, le CCCP, la Yougoslavie et autres cochonneries communistes. Je voyais bien qu'il faisait l'effort d'y regarder de plus près juste pour me faire plaisir mais il s’excusa très vite en m’apprenant que l’échantillon ne valait pas grand chose. Il m'en proposa cinquante euros. J'en déduisis que ça en valait au moins cinq-cent et je refusai de le lui vendre.
Je les connais les antiquaires à foulard et à moustaches bien peignées : ils ne valent pas mieux que les receleurs de Cash Converters.
Une fois rentré chez moi, j’avais voulu me rencarder sur des sites spécialisés de l’internet, mais devant l'étendue du chantier, j’avais vite laissé tomber. Je n'avais pas non plus que ça qu'à foutre de scanner des centaines de timbres de l'ère soviétique. En plus c’était tellement compliqué ces histoires de côtes et de qualités que ça m’avait gonflé pour de bon. J’en avais conclu que la philatélie c’était vraiment trop has been et que je ferais mieux de me trouver un autre hobby pour me recentrer, sans quoi je risquais encore de m’énerver pour rien.
La semaine suivante, je retournai à la boutique de timbres et je fis mine de m’intéresser aux vitrines. Je voulais secouer un peu les cartons en haut des étagères – en toute discrétion – pour voir ce qui pouvait en tomber pendant que l’antiquaire-voleur était occupé à servir son seul autre client de la journée. J’avais dû attendre presque deux heures dans ma bagnole garée de l’autre côté de la rue avant qu’un vieux curé y entre. Avec mon pouvoir je réussis à faire glisser quelques plaquettes poussiéreuses jusqu’au sol et je les cachai dans la poche à l’intérieur de ma veste. J’en profitai aussi pour acheter deux ou trois autres lots, histoires de donner le change et ne pas paraître trop suspect.
À la maison, j’avais passé encore deux heures à tenter de retrouver les côtes de ce que j’avais tiré au vieux boutiquier et d’après ce que je pouvais comprendre sur le site, ça valait en tout dans les trois-cent-quatre-vingt balles. Pas foufou. Pourtant c’était des jolis timbres de Mongolie qui représentaient des animaux et des travailleurs sur fond de paysages montagneux avec pleins de drapeaux et de machines-outils agricoles tout autour. Je voulais les vendre sur Ebay ou Amazon mais je me dis que c’était peut-être un peu trop risqué et que si l’antiquaire s’apercevait de mon larcin, il me retrouverait facilement sur internet et me dénoncerait aux flics. Je rangeai donc mes nouveaux timbres avec les anciens dans leurs albums et je les ramenai chez mes parents le dimanche suivant.
Toute cette pénible affaire m’avait occupé pendant deux week-end, mais j’étais loin de me sentir recentré.
J’avais envie de plus de plénitude. D’autant plus que c’était à peu près à la période où les parents de Mirablle commençaient à sérieusement me chauffer les oreilles. Ils m’appelaient sans arrêt, me laissaient des lettres d’insultes anonymes dans la boîte aux lettres – soit disant c’était de ma faute si Mirabelle était malade… bla bla bla – et rôdaient parfois dans le quartier pour m’espionner. Je les avais surpris une ou deux fois le samedi matin quand je sortais ramasser le courrier à l’entrée de mon jardin. Ça me saoulait franchement et j’hésitais à me débarrasser d’eux mais je me disais que ce n’était sans doute pas la bonne stratégie à adopter avec ces cons-là. Je préférais les ignorer. Par expérience je savais qu’ignorer les gens alors qu’ils sont énervés, c’était la meilleure façon pour les faire enrager encore plus.

Non, ce qu’il me fallait, c’était une vraie activité OKLM, bucolique, loin des gens et du bruit. J’avais pas mal réfléchi à la question et j’en étais venu à la conclusion que je pourrais tenter la pêche. La pêche c’est silencieux et ça demande de la concentration. Parfait pour me calmer les nerfs.
J’avais donc décidé d’aller m’équiper à Décathlon et j’avais acheté pour une fortune de matériel en espèces, parce que l’argent liquide, c’est pratique, ça ne laisse pas de traces et en plus j’en ai toujours plein à la maison à ne plus savoir qu’en foutre.
Comme il faisait encore beau à ce moment de l’année, j’avais pris la voiture en direction du lac Saligou où j’avais cru comprendre qu’il y avait quelques spots sympa, notamment à l’embouchure de la Sordyds, la plus grosse rivière du département.
À peine sorti d’Angevilliers, l’entrée de la voie rapide était bouchée par un attroupement de camions et de guignols avec des gilets jaune et orange qui manifestaient à côté d’un monticule de pneus enflammés.

Bordel de merde ! Je déteste les manifestants ! Je ne supporte pas ces manières. L’ambiance des manifs imposées aux concitoyens est délétère en plus. Tout le monde râle : les anarcho-syndicalistes avec leurs tracts dégueulasses imprimés en noir et blanc sur la photocopieuse de leurs patrons, et les Français qui se sentent pris en otage à bord de leur 4x4 ou de leur Scénic. Et vas-y que je klaxonne et que je sors de la voiture pour aller dire ce que je pense des revendications des paysans, ouvriers de chez Tricatel, instituteurs, infirmières, anti-homos, étudiants ou autres blaireaux de la fonction publique territoriale.
Moi, c’est simple, il y a longtemps que j’ai pris le parti de m’en foutre. De toute manière, je ne me sens pas concerné par le brouhaha populaire. À la limite, je trouve même que c’est drôle d’observer tout le monde hurler et s’engueuler. J’aime le chaos.
Quand il y a des manifs à l’entrée de la voie rapide, c’est bien simple : je me déporte sur la voie de secours, j’enfile mon gilet jaune et j’avance doucement jusqu’à la fin de la bretelle pour arriver au niveau du piquet de grève. Là je baisse ma fenêtre et je salue poliment les camarades grévistes en leur tendant une enveloppe pleine de billets de banque. Je leur dis que c’est tout ce que j’ai pu récolter ce matin avec le comité de soutien d’Angevilliers mais que c’est toujours ça de pris pour participer à la lutte. Et par contre là je dois foncer vers Saint-Quentin pour aller chercher les dons des autres camarades à l’autre bout du département. J’en profite aussi pour demander une bonne grosse poignée de tracts parce que Jean-Mich’ m’a dit que leur copieur était en rade. En général, il ne faut pas plus d’une minutes pour que le barrage s’ouvre comme par miracle pour me laisser passer. Ça marche à tous les coups avec ces boloss de manifestants. Bon, dans l’affaire je lâche à chaque fois sept ou huit-cent balles, mais comme c’est du pognon que je gagne au casino ou dans les cabas des mémères, je m’en fiche pas mal, tant que j’ai la paix et que je me barrer loin de ces trous du culs.

Ce samedi-là fois, une fois que j’étais enfin arrivé au Saligou après l’épisode de la grève, il était déjà pas loin de dix heures du matin. J’avais voul arriver tôt, mais je découvrais que les berges étaient déjà gavées de gros beaufs en train d’écluser des bières et de fumer des cigarettes roulées infectes. Comme il n’y avait pas beaucoup de place disponibles, je m’étais un peu éloigné pour m’asseoir dans l’herbe à côté d’un coude de la rivière, en plein sous un saule pleureur, histoire de me cacher de la foule d’abrutis.
J’avais pas tout de suite compris pourquoi la plupart des autres pêcheurs me regardaient d’un drôle d’air ni les raisons pour lesquelles ils avaient tous l’air de se payer ma tronche. Au bout d’une heure, un vieil habitué qui ressemblait à un pied de vigne ambulant s’était approché pour m’expliquer que j’étais trop près du courant de sortie du lac et que je risquais pas de remonter le moindre poisson. C’est ce que j’avais cru comprendre en tout cas, parce que cet ancêtre baragouinait avec un vieil accent du cru et que je ne comprenais qu’un mot sur trois à son patois. Par contre ce que je comprenais parfaitement, c’est qu’il se foutait de ma gueule et qu’il insinuait que j’avais du matériel de bébé.
En gros, malgré ses airs de pépé guilleret, il m’avait saoulé au plus haut point. Je le remerciai d’un sourire enjoué et d’un signe de main amical – comme je sais si bien le faire pour passer pour le benêt de service – et je l’invitais poliment à se barrer loin de moi. À travers les branches pendantes du saule, je l’avais vu rejoindre son groupe de copains et se mettre à raconter les détails de notre entretien. Les sourires hilares et les oeillades appuyées dans ma direction me donnaient envie de tous les balancer à la baille et les noyer à grand coup de télékinésie.
Comme je remarquais que j’étais encore en train de m’énerver, je repensais à PsychoMag et je respirais un grand coup pour restaurer la paix intérieure. Après tout, je ne m’étais pas levé aux aurores pendant le week-end pour me battre aussitôt avec une bande de poivrots fourrés à la kanter et aux gitanes. En plus il y avait des gendarmes qui rôdaient pour contrôler les prises et des tas d’enfants avec leurs parents qui commençaient à s’installer pour pique-niquer.

Personnellement, je me méfie toujours des chiards. Je n'ai jamais trop bien compris pourquoi, mais dès qu'un moutard fait une déclaration un peu chelou à un gendarme, il est toujours mieux pris au sérieux qu'un adulte. J'ai toujours en tête la fameuse histoire du Fakir des Cévennes, le surhomme qui s'était fait gauler dans les années cinquante à cause du témoignage de deux gosses de parigots. Pourtant ce type, ça faisait des lustres que les gens du coin soupçonnaient son existence sans jamais réussir à l’attraper. Parait-il qu’il faisait des miracles dans les collines et qu’il avait des pouvoirs de guérison pour les ânes et les chèvres perdus. Je sais de quoi je parle, j'ai tout un dossier sur lui dans mes cartons et Le Nouvel Investigateur avait fait un très beau reportage sur lui en 2007. On dira ce qu'on voudra, mais après le témoignage des deux marmots, on n’avait plus jamais entendu parler de lui.
Quant aux gendarmes, je sais de source à peu près sûre, qu'eux aussi ont des abonnements aux mêmes magazines que moi et qu'ils gardent toujours un œil attentif sur les cas comme le mien.

Au bout d’un moment, puisque je n’arrivais effectivement à avoir aucune touche et que les autres bouffons d’à côté continuaient à se foutre de moi, je décidai de recourir un peu à mes capacités secrètes. De manière tout à fait invisible, ça va sans dire : je me concentrai sur ce qui se passait uniquement sous la surface de l’eau.
J’avais donc fait le vide dans ma tête comme préconisé dans le magazine du bien-être et de la plénitude, et j'avais essayé de guider mon hameçon pour accrocher les bestioles qui s'approchaient. Ce n'était pas brillant. Au bout d'une bonne centaine d'essais de harponnage dulcicole, je décidai de changer de méthode. Je me focalisais désormais directement sur les poissons. Même à l'aide de la télékinésie, ces saloperies glissaient beaucoup trop pour que je parvienne à les enserrer. Je n'y connaissais rien en anatomie ichtyenne – oui, j’avais pas mal potassé sur wikipédia avant de venir pêcher et j’avais appris un peu de vocabulaire au passage – et même si j'avais beau me recentrer, c’était toujours l'échec. Même avec la technique dite du "coup de galet sur le crâne" ou celle de la "tige de saule pleureur dans la branchie" je n’arrivais à rien. Et plus je râlais dans mon coin et plus les autres gaillards se marraient fort en me pointant du doigt.
Vers seize heures, les berges ont commencé à se vider peu à peu et le vieil habitué est venu m'offrir un black bass, soit disant pour me récompenser de mes efforts et de ma patience et que la prochaine fois je ferais mieux d’écouter ses conseils et me trouver un meilleur endroit. Je l'ai remercié d'un regard mauvais tandis que ses potes rigolards levaient leurs dernières Kanter dans ma direction un peu plus loin sur la rive.
Je me suis dit que quitte à passer une journée de merde, je ferais tout aussi bien d’aller jusqu’au bout de ma logique d’apaisement et de recherche de quiétude. J’ai remballé mes affaires et je suis monté dans ma bagnole pour suivre la bande de toquards de loin. Je les ai poursuivis jusque dans un coin de cambrousse où ils se sont rassembler dans un corps de ferme à moitié en ruines. J’ai garé la voiture et je me suis faufilé dans les talus jusqu’à dénicher un coin de broussailles d’où je pouvais les espionner.
Ils avaient allumé un barbecue de fortune découpé dans une sorte de vieux chauffe-eau et ils faisaient griller leurs poiscailles tout en attaquant un nouveau pack de bières. De mon poste d’observation, je pouvais les entendre. Même après une heure de ripaille et trois bouteilles de whisky, ils continuaient à se moquer de moi.
J’ai respiré à fond, fais le vide dans ma tête et je me suis recentré.

Le lundi suivant, l’édition locale du Ouest-France titrait dans sa rubrique faits divers : “Accident mortel causé par un barbecue trop arrosé”.
Pour ma part, j’étais revenu au bureau parfaitement apaisé après ce week-end de détente. J’avais même envisagé de résilier mon abonnement à PsychoMag. Après tout pourquoi perdre du temps à s’emmerder avec des passions à la con alors qu’il suffit de laisser parler son moi profond ? Les méthodes de relaxation les plus simples sont souvent les meilleures.
Par contre, je me disais que sur le long terme je ne pouvais pas me permettre de dézinguer des blaireaux à chaque fin de semaine pour lâcher la pression. Même si c’était amusant et salutaire, ça finirait par m’attirer des ennuis. Je revenais donc à mon point de départ, sans avoir encore réussi à me trouver un véritable hobby.
Avant, il n’y avait pas si longtemps, je passais mes week-ends avec Mirabelle et on s’amusait bien. Mais depuis qu’elle est tombée malade et qu’elle passe son temps entre l’hôpital et les arrêts-maladies chez ses parents, j’ai un peu tendance à m’ennuyer.
En plus, je crois qu’on n’est plus trop en bons termes, Mirabelle et moi.
J’espère qu’elle finira par aller mieux et que je pourrais recoller les morceaux avec elle.



"J'ai une âme solitaire"
  • 33 sujets
  • 430 réponses

Message posté le 22:27 - 30 déc. 2018

Moi et les fêtes de Noël



Bon Dieu ce que je déteste ma famille.

Je les hais tous !

Tous autant qu'ils sont !

Il n'y en a pas un pour rattraper l'autre, c'est pitoyable. Leur comportement est intolérable, leurs remarques sont insoutenables, leurs propos soit incohérents soit dénués de tout sens critique, ce qui veut dire pratiquement la même chose ! Dès que je pense à eux, ça me rend dingue, j'en fais des répétitions, des complexions, des périssologies... ah ! Je les déteste !
Je crois bien que je les tuerai tous un jour. Quand le moment sera venu pour moi de fuir, de quitter ma vie pour partir loin et me cacher, je pense que je prendrai tout de même le temps de les massacrer un par un avant. Juste par principe.

Déjà mon père et ma mère sont des gros cons. Mais ça c'est pas nouveau. À la limite j'arrive à peu près à gérer le stress qu'ils font naître en moi à chaque fois que je dois leur rendre visite.

Ma frangine, c’est à peine mieux. Pendant très longtemps elle était mourante du cancer de la chatte et en vérité, j’étais persuadé qu’elle allait mourir ou qu’elle était dans le coma. C’était très bien. Je ne la voyais jamais et c’était un peu comme si elle n’existait déjà plus. Mais il a fallu qu’elle guérisse et qu’elle trouve l’illumination. Depuis qu’elle est tirée d’affaire, elle est persuadée qu’un lien fraternel lie nos deux destinées et qu’on va devenir les meilleurs amis du monde. Pauvre cruche !

Les oncles et tantes : ils sont en dessous de tout. Je ne comprends pas. Je ne comprends sincèrement pas comment on peut être idiots à ce point. À leurs places, des gens normaux se seraient déjà étripés mutuellement depuis longtemps.

Mes cousins et cousines : c'est pas mieux.

Mais les pires de tous, ceux qui surpassent de loin toute cette engeance de dégénérés, ce sont les grands-parents maternels.

Quand je parle de ma famille, je veux parler en réalité de la famille de ma mère. Du côté de mon père, tout est à son image : nul et inexistant. Mon père est le dernier représentant d’une lignée d’enfants uniques. Ses parents sont morts. Il n’a ni oncle, ni tante, ni frère, ni soeur, ni cousins-cousines. Je lui en veux énormément d’avoir mis un terme à cette tradition ancestrale. C’est à cause de lui si j’ai une frangine. Je sais que c’est lui qui a voulu un deuxième enfant. Soit disant parce qu’il a grandi seul et qu’il aurait voulu avoir des petits frères et des petites soeurs. Gros naze !

Du côté de ma mère, il y a par contre une toute autre tradition. Dans les gènes de cette dynastie de charognards, il y a plusieurs trucs qui ne tournent pas ronds. Ils croissent et ils se multiplient depuis la Nuit des Temps. Le clan remonte aux premiers chevaliers des Rois de Navarre – je ne sais foutrement pas ce que ça veut dire, mais ils se gargarisent tout le temps avec cette référence moisie. Depuis plus d’un millénaire ils sont fervents catholiques, se multiplient comme des lapins – avec parfois des portées de trois ou quatre d’un coup – et se battent à chaque génération pour l’héritage à la mort de chaque couple dominant de patriarches.

Depuis plus de quarante ans désormais, le couple de dominants actuellement au pouvoir, ce sont mes grands parents. Ils sont increvables. Ils ont quatre-vingt-neuf ans tous les deux, toute leur tête, une santé de fer et se sont de véritables pourritures.

Déjà tout petit j'avais compris qu'ils n’étaient pas normaux. D'habitude les grands-parents ça sert à offrir des cadeaux à Noël, des gourmettes aux baptêmes et des montres aux communions. Mais ces deux là, c'est insensé comme ils sont pervers.

Pour Noël, quand toute la famille se retrouve au Chastel pour célébrer la naissance du petit Jésus – et jamais, ô grand jamais, l'avènement du Père Noël – la première étape consiste pour tous les gosses en âge d'être scolarisés – de la maternelle au doctorat – à présenter leur bulletin de notes. Je ne connais rien de plus humiliant, surtout lorsqu'on est majeur et étudiant à la fac. C'est insoutenable et ça dure des plombes.

Les deux ancêtres sont donc là, assis confortablement, chacun sur un fauteuil Louis XV richement brodé d'ors et de satins près de l’imposante cheminée du domaine. Et ils passent en revue chaque ligne, chaque annotation, chaque remarque des professeurs. Et ils rendent leurs propres appréciations devant la rangée de gosses qui attendent leur tour, ou pire, qui ont déjà passé leur tour. Parce qu'une fois que tu as subi cet avilissement ultime, tu dois tout de même assister à l'intégralité de la cérémonie. Parce qu'à la fin, selon un savant calcul que personne n'a jamais entravé, ils distribuent leurs récompenses aux quatre premiers du classement : trente francs pour le premier, vingt pour le suivant, puis dix puis cinq. Cinq francs, putain ! Et que dalle pour les autres, pas même un chocolat à la liqueur de cerise. Et bien entendu, il y a une interdiction formelle d'offrir quelconque autre cadeau durant toutes les fêtes de Noël sous leur toit. À part des orangettes parce Mamie adore ça.

Il n'y a pas de sapin, il n'y a pas de guirlande, il n'y a même pas de bûche à la crème au beurre. Bordel, ça se passe au XXIème siècle.

L’année dernière, un cousin de trente-six ans avait repris ses études et espérait passer au travers. Mon cul ! Il y a eu le droit et heureusement pour lui qu'il est arrivé quatrième juste après son gosse de neuf an. Il a eu le droit à ses cinq francs.

Au passage à l'euro on s'est tous dit qu'ils allaient faire la conversion directe des cinq balles aux cinq euro-balles, histoire de réévaluer un peu le taux d'inflation, comme ils avaient jamais changé leur tarif depuis les années soixante-dix. En tout cas, ils auraient dû au minimum convertir les francs en euros à raison de 6.55957. Même pas. Ces connards distribuent toujours des francs ! Outre le simple fait que ce sont des maniaques fous furieux qui ont gardés des sacs entiers de pièces de monnaie qui n'ont plus cours, ça veut surtout dire que ce sont les pires enfoirés de tous les temps.

Depuis 2001 ils nous rabâchent tous les ans la même histoire : leurs saloperies de pièces représentent de véritables trésors à moyen terme et dans vingt ou trente ans elles auront beaucoup de valeur. Mais merde quoi ! Cette année ça fait vingt ans qu’in est passé à l’euro et une cochonnerie de pièce de cinq francs ça vaut toujours la même chose : de la merde !

Mais s'il n'y avait que les grands parents aux fêtes de Noël, ça serait encore presque supportable. Mais c'est sans compter sur la vingtaine de chiards qui courent partout dans le manoir dynastique. Eux, c'est une vraie plaie. Ils sont autant d'yeux capables de vous espionner en non-stop et prêts à dénoncer la moindre incartade, genre Tata Myriam qui fume sa clope tranquilou au fond du jardin ou cousin Gustave qui se pignole en loucedé sous la douche. Je me souviens d'une fois où sous le coup de l'énervement parce que j'avais manqué la quatrième place à un demi-point près de moyenne générale au collège, je m'étais retiré dans mes quartiers, c'est à dire l'étage du haut d'un lit superposé. Nos châtelains de grands-parents avaient aménagé leurs combles en dortoirs pour la marmaille : un pour les filles et un pour les garçons; les quelques douze chambres n'étant réservées qu'aux couples les plus matures et qui atteignent un cumul d'âge de quatre-vingt ans minimum. Les autres dorment en tas dans les dortoirs avec la descendance du même sexe.
Pour me calmer un peu, je m'étais isolé avec un jeu de cartes. Je devais avoir douze ou treize ans et de temps à autre je m'accordais quelques séances de "magie" même si j'avais encore pas mal la trouille de mes pouvoirs. Je pensais réellement être tout seul et j'en profitais donc pour déplacer des cartes sans les toucher. Tout doucement parce je n'avais pas encore une parfaite maîtrise de mon potentiel. Une petite-nièce a surgi de nulle part, elle devait sans doute se dissimuler dans un placard pour chialer suite à son évaluation et attendait la moindre occasion pour se venger sur le premier venu. Elle a dû m'épier pendant dix bonnes minutes avant de se mettre à hurler comme une furie lorsque j’ai enfin réussi à faire tourner simultanément trois cartes au-dessus de mon matelas poussiéreux.

La sale gosse a traversé tout le dortoir et s'est précipitée dans les escaliers dans le but d'aller moufter aux grands-parents. J'étais tétanisé. Un mélange de honte et de terreur sourde m'a envahi; pire que si elle m'avait surpris la loche à l'air en train de me frotter contre son lapin en peluche. On dirait juste une figure de style quand je dis ça, mais pas du tout. C'était authentiquement la plus grande peur de toute ma vie. J'imaginais déjà toute la sainte famille me juger et voter sur mon sort : brûlé vif dans la cour d'honneur, emmuré à vie dans un placard à balais, enterré vivant sous un chêne du parc. Je les en croyais sincèrement capables, vu leur horreur de l'anormalité, des juifs, des arabes, des noirs, des lesbiennes, des chinois , des syndicalistes et de tout ce qui à leurs yeux sort de l'ordinaire.

J'ai bien mis une minute entière avant de me jeter à mon tour dans les escaliers pour la rattraper et lui broyer le crâne. Avec un peu de chance ça passerait pour un accident et le weekend serait écourté pour le plus grand bonheur de tous. J’avais déjà appris à cette époque à projeter des corps d’enfants pour les écraser en contrebas.

Lorsque j'ai déboulé dans le salon, elle était déjà en train de pigner comme une hystérique. "Didier fait de la magie noire ! Didier est un monstre ! Didier fait des trucs” qu’elle gueulait.
Dès qu'elle a eu fini son minuscule esclandre dans une indifférence mâtinée d'agacement, le grand-père lui a fait signe d'approcher d'un air sévère. Elle s'est avancée tout fière et convaincue que son heure de gloire venait de sonner. Le grand-père l'a chopée par le col et l'a flanqué sur ses genoux avant de lui retrousser la jupe et de la fesser publiquement. Une fois parce qu'elle avait osé interrompre les adultes. Une deuxième parce qu'elle s'était cachée dans le dortoir des garçons et qu'elle n'avait rien à foutre là-bas. Une troisième parce que c'est pas beau de rapporter pour faire son intéressante. Et une dernière en bonus pour que ça lui serve de leçon ou par pure méchanceté parce que la mère de la gamine avait voulu s'interposer.

La môme est repartie en chialant devant l'assemblée.

Ensuite le grand-père m'a regardé et m'a fait signe de m'approcher d'un air sévère.
J'ai pris mes deux beignes sur les joues, punition réservée aux seuls garçons pubères. Une parce je n'avais pas à m'enfermer dans le dortoir des garçons avec une gamine de neuf ans. Et une deuxième au cas où la petite ait dit la vérité : la magie et les jeux de cartes, c'est le vice incarné et c’est la manifestation du Malin.

Ensuite, la grand-mère s'est levée et pour dissiper un peu le malaise ambiant elle a proposé une dégustation de chocolat. Tout le monde a tiré la gueule mais a quand même dû mâchouiller son After-Eight en silence.

Depuis cette époque, la populace qui se réunit fin décembre dans les couloirs du Chastel – nom très officiel du domaine familial – a pratiquement triplé tant les cousins-cousines ont perpétué la tradition de pondre des moutards à la chaîne. Certains des plus vieux oncles et tantes sont morts, mais les deux patriarches sont toujours à la tête du clan.

Je crois bien que c’est le seul moment de l’année où j’ai un peu de pitié pour ma mère. Je veux dire : elle est un peu la honte de la famille vu qu’elle n’a que deux enfants et deux petites-filles, la moyenne étant à peu près à dix de chaque. Mais surtout, surtout, on lui reproche mon inactivité dans le domaine reproductif. Comme personne n’ose trop aborder le sujet avec moi, du coup c’est sur elle que l’attention se reporte : comment se fait-il qu’elle n’a pas encore réussi à me marier et me faire avoir des gosses ? Qu’est-ce qui cloche chez moi ? Ne pourrait-elle pas faire un effort pour me faire rencontrer des catherinettes ?

Jusqu’ici, je ne m’étais pas trop formalisé. Mon caractère méfiant et ma nature fuyante sont des atouts non négligeables pour esquiver les conversations gênantes. Je veux dire : je suis tout le temps sur mes gardes. Je marque toujours un temps d’arrêt avant d’entrer dans une pièce où des gens parlent, juste le temps de saisir des bribes de conversations et décider si je dois fuir ou si je peux entrer sans prendre le risque d’être embarqué dans une conversation qui me saoule. En général je suis en mesure d’esquiver tous ces moments glauques où des quasi-inconnus sont prêts à me demander ce que je pense de tel ou tel sujet avilissant, genre le foot, les grèves, les partis politiques, la montée de l’insécurité, la montée de l’esprit sécuritaire, les résultats des municipales, des cantonales, des européennes, les scandales financiers, les finales des télécrochets, les affaires de moeurs, les affaires de meurtres, le prix du gasoil, le gel des prestations sociales, la baisse des retraites, l’augmentation des taxes, le salaire universel, les ZAD, la disparition de l’État providence, la montée du fascisme, le mariage pour tous, la procréation pour tous, la réduction du pouvoir d’achat, la nécessité de s’indigner, autant de platitudes que j’exècre et pour lesquelles je n’en ai rien à foutre.

Non, vraiment, jusqu’ici, tout se passait à peu près bien pour moi. J’arrivais à nager dans cet aquarium rempli de requins, tous prêts à provoquer des coups de putes les uns contre les autres dans l’espoir d’attirer l’attention des vieux et leur soutirer une demi ligne dans leur testament. J’étais une sorte de poisson pilote au milieu de ce banc de carnassiers hydrocéphales. La petite friture insignifiante qui se glisse entre les branchies, l’air de rien, pour picorer deux ou trois tranches de foie gras servies entre un blini et une couche d’oignons confits.

Tout était parfait dans le royaume de la mascarade et des liens familiaux. Je prenais mon mal en patience pendant les deux journées annuelles obligatoires des 24 et 25 décembre, un sourire benêt aux lèvres lorsque je croisais des cousins-cousines dans les couloirs. La plupart du temps je restais avachi dans un immense fauteuil à large dossier de la bibliothèque, loin des cris des moutards et des manigances de leurs parents, à feuilleter le dernier numéro de Synesthésia. De toute manière je n’ai jamais rien d’autre à faire à cette période de l’année, alors autant bouquiner et m’empiffrer de ballotine et de vin chaud dans un cadre somme toute assez joli – peuplé par des cons, mais joli tout de même.
Jusqu’au jour où : “Didier. Les grands-parents ont quelque chose à te dire.”

Dans le contexte, ça signifie qu’un cousin-cousine – peu importe lequel, ça fait longtemps que j’ai renoncé à essayer de me rappeler leurs noms – me notifie d’une convocation immédiate dans la salle du trône. C’est un des petits jeux favoris de cette famille de tarés : ils se convoquent mutuellement à longueur de journée pour discuter de trucs importants dans les mondres recoins de la baraque, loin des oreilles indiscrètes. Souvent, c’est pour parler de pognon, d’héritage, de notaire, d’indivision, de terres agricoles, de parc immobilier et autres conneries. Par contre, lorsque ce sont les vieux qui ordonnent à l’un de leurs descendants de venir les rejoindre dans leur antre, c’est à dire dans le grand salon, près de la cheminée monumentale, là, on ne rigole plus. C’est du sérieux. Ça veut dire qu’ils s’apprêtent à prendre une décision primordiale, l’équivalent d’une bulle papale ou d’un édit royal et qui aura très certainement un retentissement pour les siècles des siècles. Genre, ils s’apprêtent à négocier une demi ligne de leur testament en échange d’un “petit service”.

Quand les grands-parents parlent de petits services, il va sans dire que : d’une, vous ne pouvez pas le refuser et de deux, vous vous apprêter à sacrifier ce que vous avez de plus précieux au monde pour le bien et l’avenir de toute la famille. Les annales de la famille rapportent certaines légendes comme quoi les vieux ont déjà eu l’occasion d’exiger des trucs totalement insensés à leurs progénitures. Des trucs du style : tu devras divorcer de ta femme dans l’année sinon tu seras déshérité; si ton fils n’a pas le bac l’été prochain, il ne pourra plus remettre un pied dans la demeure familiale et toi non plus; toi et ta soeur devrez vendre vos maisons pour renflouer l’entreprise de votre frère, il a plus besoin que vous de cet argent; ton aînée n’ira pas en faculté de sociologie : elle sera cardiolgue comme son père; il est hors de question qu’un pédé entre dans cette maison : fais soigner ton fils avant Noël prochain, s’il le faut je demanderai à ton cousin Gérard de le faire interner dans l’hôpital psychiatrique qu’il dirige; nous voulons que la famille de ta femme vende son champ de colza à Saint-Philibert : ton cousin Henry-Marc a besoin d’un nouvel enclos pour son élevage de chevaux. Des horreurs à n’en plus finir. Et tout le monde dit oui, parce que la fortune des vieux est estimée à la moitié de la valeur foncière de tout le département et que tout le monde en veut un petit morceau.

Forcément, quand le cousin-cousine vient me trouver pour m’annoncer ça de but en blanc dans la bibliothèque, je me sens bien parti pour un malaise vagal. J’ai une montée de sueur, des picotements dans les extrémités, des volutes de points gris et blancs et noirs qui brouillent la surface de mes yeux – genre comme si je voyais à travers l’écran d’une télé allumée et branchée sur aucune chaîne – et j’entends de moins en moins bien comme si des épaisseurs de coton étaient en train de me pousser délicatement autour des tympans. Je me sens partir.

La dernière fois que j’ai ressenti un truc pareil, c’était quand je m’étais retrouvé perché en haut d’un chêne après avoir défoncé la bagnole de mon ex Maryline dans un talus, elle-même réduite à l’état de cadavre enroulé dans un tapis. C’est jamais très agréable de revivre sensoriellement ce type de souvenirs.

Les minutes qui suivent sont assez désordonnées et j’ai du mal à accrocher mon attention sur l’enchaînement chronologique des endroits dans lesquels on me traîne. Je veux dire : je suis vraiment en train de subir une sérieuse baisse de tension, je me vois successivement accoudé devant un filet d’eau qui coule d’un robinet – et je suis incapable de savoir si c’est dans une salle de bain ou dans une cuisine : mon champ de vision est tout étriqué et je ne vois pas bien sur les côtés –, on me met de l’eau sur le visage, puis on me fait boire un tout petit verre de génépi et on me penche par dessus la balustrade d’une porte-fenêtre pour me mettre la tête dans de l’air glacé, puis on m’aide à me lever de mon fauteuil de la bibliothèque en comptant “un, deux, trois” à plusieurs bras et enfin je reprends à peu près mes esprits assis sur un petit banc en bois sculpté dont l’assise est constitué par trois couches de coussins brodés. En face de moi il y a un secrétaire luxueux jonché de petits portraits encadrés de plein d’enfants de tous âges et de toutes les époques. Au-dessus du secrétaire il y a un tableau très grand et très sombre qui représente une scène de chasse de l’époque des Vallois et de part et d’autre il y a des appliques murales électriques en forme de chandeliers. Puis encore plus loin à droite et à gauche, deux immenses fenêtres qui donnent sur la cour du Chastel.

Je suis dans le couloir du premier étage, près de la double porte de bois gravé qui ouvre sur le grand salon. Quelqu’un me hisse sur mes deux pieds par une aisselle et me balance à l’intérieur. Je suis face à mes grands-parents qui sont visiblement forts mârris de me voir ainsi tarder à répondre à leur convocation. Je m’ébroue pour retrouver contenance et m’apercevoir que je sens à nouveau toutes mes extrémités. Le malaise s’est dissipé. J’ai dû manger trop de ballotine et peut-être même que j’ai forcé sur le vin chaud. Je ne vois pas d’autres explications. En tout cas, ça ne doit pas être la trouille de me retrouver en tête à tête avec mes aïeux. J’espère que ce n’est pas à cause de ça.

Ils ont des gueules pas possibles. Genre, ils me dévisagent comme si j’étais un bébé chien couvert de vomi et de merde qu’un enfant de domestique aurait déposé sur leur magnifique tapis de laine cachemire fin XVIIIème. Ils sont assis sur dans des fauteuils disproportionnés dont le motif en satin ressemble trait pour trait à celui de la tapisserie sur les murs. Ils sont séparés par une desserte à roulette en laiton et en verre sur laquelle sont déposés une carafe et deux minuscules verres en cristal remplis de vin cuit de Madère – la carafe et les verres. Il y a aussi un bol – toujours en cristal – avec des orangettes à l’intérieur.

Le vieux fait un signe de tête en poussant son menton très loin devant lui. Je n’arrive pas à comprendre s’il me désigne la chaise installée en face d’eux, la table basse entre leurs fauteuils et la chaise ou bien la boîte d’After Eight posée sur la table basse. Dans le doute j’exécute aux trois ordres : je m’assois et je me saisis d’une feuille de menthe-chocolat infecte que j’avale sans mâcher pour m’éviter les relents de goût douceâtre dans la bouche pendant des heures. Peine perdue.

— Didier, commence l’ancêtre. Nous avons à te parler.

Mère-grand esquisse un sourire apaisant et attrape une orangette qu’elle entreprend de suçoter tandis que son époux reprend sa sentence.

— Didier, tu as bientôt quarante ans, tu n’es toujours pas marié et tu n’as toujours pas d’enfants légitimes. Tu penses que ton travail te prend beaucoup de temps et d’énergie. Je le sais parce que ta mère me l’a dit. Tu sais, mon enfant, le travail, c’est bien. Aucun membre de cette famille ne serait arrivé là où il en est aujourd’hui sans avoir beaucoup travaillé. C’est une bonne chose. Mais il y a plus important dans la vie. Et tu sais ce que c’est ? Hein ? Tu le sais ? Et bien c’est d’avoir des enfants et devenir un père de famille. Ta grand-mère et moi savons que tu n’as pas eu un bon modèle quand tu était petit. Ton père est un incapable. Je suis désolé de te l’apprendre, mais c’est vrai. Il n’a jamais rien fait de concret de sa vie. Il n’a jamais fait l’armée, il n’a jamais investi dans l’immobilier et il ne sait sans doute même pas monter à cheval. Ta soeur, elle, a quand même réussi à avoir des enfants. Que des filles, c’est vrai, mais c’est mieux que rien. Mais toi. Toi, Didier : tu vaux mieux que ton père.

Putain mais c’est lourd ! Je bite rien à ce qu’il essaie de me dire. J’ai vraiment beaucoup de mal à me concentrer sur ses âneries. Surtout que la vieille à côté de lui est en train de sucer de plus en plus frénétiquement son morceau d’orange confite. Il n’y a plus de chocolat sur la surface de sa friandise et elle continue à s’exciter sur son bout de gélatine molle et tiède. On dirait qu’elle cherche à torturer un lombric jusqu’à ce qu’il meure d’extase. C’est à la fois débectant et particulièrement indécent. Putain de malaise.

— Didier, reprend le vieux. Je vais demander à ton directeur de te donner un poste de cadre. Comme ça, tu auras moins de temps à passer au bureau et tu pourras te choisir une fille à épouser. Si tu n’y arrives pas tout seul d’ici Noël prochain, c’est à dire dans un an, alors nous organiserons nous-même un mariage avec l’une des jumelles de ta cousine Marthe. Elles n’ont plus n’arrivent pas à se trouver de maris. Réfléchis bien, Didider. Un mariage avec une de tes petites-cousines serait un mauvais parti pour vous deux : c’est une part de l’héritage en moins pour vos futurs enfants et ça fera plus pour les autres.

L’halu totale.

— Et pour ce qui est de ton avancement, comprends bien que d’habitude je n’aime pas me mêler de ce genre d’affaire, mais si j’ai bien compris tu as été incapable de monter tout seul dans la hiérarchie du Crédit Angevillin. Nous ne voulons pas de sous-fifres dans la famille. Tu seras cadre d’ici quelques mois. Après tout, je suis aussi vice-président du conseil d’administration de cette banque : il faut bien que ça serve à quelque chose. Ne nous remercie pas. Tu peux y aller.

— Au revoir, Didier, me fait la vioque tout en déglutissant son vermisseau à l’orange.

Non mais ça va pas le faire ça par contre. Si je deviens cadre, si ces deux connards font pression sur mes patrons pour que j’ai une promotion, alors c’est sûr et certain : ils vont me passer chef de service à la place de Mathias et je devrais finir ma carrière dans un putain d’open-space entouré par toutes les greluches du recouvrement amiable. Parce qu’à l’heure actuelle, il n’y a pas d’autres places à pistonner au siège du Crédit Mutualiste. Putain de bordel de merde de fait chier ! Un putain d’open space entourée de connasse. Ils veulent ma mort. C’est une certitude à présent : le monde s’est ligué contre moi pour me pourrir la vie.

Je vais devoir prendre des mesures. Il est hors de question que je quitte mon bureau minable où je suis peinard à longueur d’année. Pas pour devenir chef d’une basse cour. Pas pour me voir assiégé en permanence par les pouffiasses de l’amiable. Si ça arrivait je perdrais à la fois toute ma dignité et les rares avantages de ma situation professionnelle, c’est à dire un poste planqué loin de toute intrusion humaine.
Il me faut un plan.

Un putain de plan pour prouver à tous que quelqu’un d’autre est plus qualifié que moi pour ce job. Quelqu’un comme Albert.



"J'ai une âme solitaire"
  • 23 sujets
  • 559 réponses

Message posté le 18:02 - 22 janv. 2019

Je réponds ici, tu verras s'il faut faire un sujet à part.

Pour ce qui est de l'ambiance, du ton, pour moi c'est à la fois cynique et ça reflète une certaine indifférence. Ce qui fait que je suis d'autant plus surprise de voir Didier essayer de canaliser sa colère ou encore ne pas directement atomiser ses grands-parents. Ce qui titille ma curiosité sur l'évolution de Didier...

Comme toujours, je trouve le style très fluide, il y a 2-3 fautes de frappe qui trainent mais rien de plus qui me marque.

  • 33 sujets
  • 430 réponses

Message posté le 10:33 - 26 janv. 2019

Merci =)

Oui, alors le Didier en question a eu le temps de pas mal évoluer depuis le temps !

Il n'est plus aussi basique (frustration => colère => meurtre).

L'objectif principal était de le rendre plus "réaliste" en lui donnant un background plus conséquent et qui pourrait expliquer ses mécanismes et ses obsessions. Voire même à l'amener à sa propre conscience de son manque d'empathie :D

Bon, après, ça reste un ignoble personnage égoïste et control freak :D

Le côté meurtre et rage est donc plus réduit pour laisser place à un quotidien plus dense et scénarisé.

Du moins c'est ce que j'espère réussir ><



"J'ai une âme solitaire"
^