En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de services tiers pouvant installer des cookies. En savoir plus

Voir les sujets non lus
Marquer tous les sujets comme lus
Accéder aux archives

  • 86 sujets
  • 560 réponses

13 avr. 2016 - 13:34

C'est toi qui es ou c'est toi qui est
Ou comment accorder le verbe avec le pronom relatif "qui"



C'est une faute que je faisais souvent, où je me demandais souvent quelle était la bonne version, et où j'ai enfin pris le temps de me renseigner. Je partage, donc.


Le verbe s'accorde avec le pronom relatif "qui", que l'on détermine grâce à l’antécédent. Dans la phrase suivante :

C'est toi, la souris, qui manges le chat.


"Manges" est le verbe à accorder, "qui" le pronom relatif, et "toi" l'antécédent.

Une faute assez courante serait donc d'écrire "mange", à la troisième personne du singulier, à la place de "manges", deuxième personne du singulier.

Il faut donc retenir que le verbe s'accorde avec l'antécédent lié au pronom relatif "qui".


L'exception : Si l'antécédent est accompagné d'un attribut précédé d'un adjectif démonstratif (ce/cet/cette/ces) ou d'un déterminant défini (le/la/les), il s'accord avec l'attribut.

Exemple : Je te reconnais, tu es cette femme qui a trompé son épouse.


Et non pas "Je te reconnais, tu es cette femme qui as trompé son épouse". Ici, avoir est le verbe, qui le pronom relatif, tu l'antécédent, et cette femme l'attribut doté d'un adjectif démonstratif.

  • 3 sujets
  • 68 réponses

Message posté le 14:43 - 16 avr. 2016

"Je te reconnais, tu es cette femme qui a trompé son épouse."

L'antécédent du pronom relatif "qui" est "cette femme" et non "tu". Contrairement à la langue latine, qui est très souple grammaticalement, le pronom relatif français est nécessairement accolé à son antécédent. Il n'y a donc aucune exception à la règle d'accord que tu as mentionnée (de façon très claire et très précise) : le verbe de la relative s'accorde avec le pronom relatif, dont le genre et le nombre sont régis par son antécédent.

Pour aller au fond des choses, je vous ai fait un petit schéma qui indique les relations entre tous les mots de cette phrase : ce schéma permet de voir que "cette femme qui a trompé son épouse" forme en fait un seul et même groupe nominal dont le noyau est "cette femme", c'est ce noyau qui régit l'accord de tous les éléments qui se rapportent à lui au sein du groupe nominal.



("G." veut dire "groupe".)


Littéralement et dans tous les sens.
  • 2 sujets
  • 74 réponses

Message posté le 22:02 - 16 avr. 2016

Ce sujet a attiré mon attention, j'ai moi-même quelques difficultés avec ces accords. Du coup, je me pose la question suivante: est-il toujours vrai de dire que le verbe de la relative est accordé avec "qui", pronom de l'antécédent le plus proche?

Pour reprendre l'exemple, je considère que "tu" es un antécédent plus éloigné (car placé plus à gauche, plus en début de phrase) que "cette femme", ce pourquoi ce sera "cette femme" qui sera remplacé par le pronom "qui".

J'aimerais vraiment savoir si ce raisonnement est toujours exact, ou bien si penser de cette façon pourrait m'induire en erreur dans certains cas.

  • 3 sujets
  • 68 réponses

Message posté le 14:58 - 17 avr. 2016

En pratique, ton raisonnement fonctionne : le pronom relatif est directement accolé à son antécédent, il suffit donc de se dire que le verbe de la relative ("a épousé") s'accordera forcément avec l'élément à gauche du pronom relatif sujet ("cette épouse"). On trouvera tout de même quelques rares contre exemples qui sont des vestiges de l'ancien français, époque à laquelle la place du pronom relatif est beaucoup plus libre : "Ils ont abandonné la partie qui nous ont donné du fil à retordre" (aujourd'hui on dirait plutôt "eux qui...", l'antécédent est "ils").

Le problème avec cette histoire d'accord en fonction de la "place" de l'élément dans la phrase, c'est qu'elle n'est pas entièrement logique sur le plan syntaxique, il s'agit surtout d'un moyen mnémotechnique. La "raison" de cet accord, c'est que la proposition relative "qui a trompé son épouse" agit fonctionnellement comme un adjectif du nom "femme" (elle apporte une information sur "cette femme", elle la caractérise - ce n'est pas n'importe quelle femme -, on parlera d'ailleurs de proposition relative adjective) : comme tu le sais, l'adjectif s'accorde toujours avec le nom dont il dépend, donc on accorde la relative avec "cette femme". C'est ce que tend à montrer mon schéma au dessus, mais peut-être pas de façon très claire.


Littéralement et dans tous les sens.
  • 2 sujets
  • 74 réponses

Message posté le 15:08 - 17 avr. 2016

Je trouve ta dernière réponse on ne peut plus claire et elle m'aide du coup à mieux comprendre ton schéma. Il n'y a plus qu'à intégrer cette subtilité grammaticale! Un tout grand merci à vous deux :-)

^