En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de services tiers pouvant installer des cookies. En savoir plus

Voir les sujets non lus
Marquer tous les sujets comme lus
Accéder aux archives

  • 86 sujets
  • 561 réponses

17 avr. 2016 - 02:59

Pour encor une danse

Le cœur crispé sur le monde comme des paupières ridées et closes en procès en silence L'Équilibriste chantait celle et lui seul hésitant sur sa corde il s'élance s'expose et s'offre à la chute sans souffrance ni but il compose à la face du vent à la manière d'un enfant toujours à sa première prose L'Équilibriste bégayait ses pas vibrionnait de joie un instant de grâce insouciant il chancela étouffant à n'en plus pouvoir rester las L'Équilibriste les yeux clos les questions en suspend pour encor une danse libre au plaisir partagé.

  • 8 sujets
  • 75 réponses

Message posté le 21:16 - 18 avr. 2016

J'aime bien le titre, pour commencer. Je suis peu objectif, j'adore cet "encor" vieilli, mais il indique à mon sens l'idée de retour en arrière. En l'occurrence si j'ai bien compris, retour aux débuts ou aux impressions ressenties aux débuts ?

Je précise avant de continuer que je ne me rappelle plus qui est ou ce qu'est l'Equilibriste. Tel que j'ai interprété le texte, il est un poète, toi ou un poète en général. Si tu souhaitais conserver le mystère, je comprendrais ; sinon, j'ai hâte de savoir.

L'allitération en "s" ou en tout cas fricative court quasiment de bout en bout, ce qui rend bien l'impression d'instabilité (voire de ralentissement avec les "f" ; peut-être un vent de face ?). Tu maîtrises très bien l'absence de ponctuation, comme toujours ; c'est fluide et agréable techniquement.

En revanche, je ne comprends pas la première ligne : "le cœur crispé sur le monde comme des paupières ridées et closes en procès en silence." Plus précisément, je ne saisis pas la comparaison entre "le cœur crispé sur le monde" ou "le monde", et "des paupières ridées et closes". Peux-tu m'éclairer sur ce début ?

Autre chose : il "chantait celle". Peut-être une référence à un poème précédent, mais ce poème isolé, je ne l'ai pas compris (note bien que ce point-ci ne m'a pas du tout gêné à la lecture, je ne l'ai remarqué qu'à l'analyse. Donc si c'est volontaire, ça passe bien) ?

Voilà, en dehors de ces deux points dont un seul a ralenti ma première lecture, tout coule parfaitement, bravo !

  • 86 sujets
  • 561 réponses

Message posté le 21:48 - 18 avr. 2016

Merci de ton commentaire, fort pertinent comme toujours !

Le "encor", longue histoire en effet ! Je l'utilise presque toujours comme ca dans mes Équilibriste, en réalité. Pour plusieurs raisons. D'une part, j'aime. D'autre, je veux faire un rappel aux classiques, et surtout à la lecture orale classique de la poésie, malgré l'absence de ponctuation et le côté surréaliste parfois. Il a en effet un côté vieillot, et s'il aide à ta compréhension personnelle du texte, c'est tant mieux, même si ce n'était pas pensé ainsi à l'origine, l'idée me plait. Cela dit, ce encore, qu'il soit avec son e ou sans, veut bel et bien dire retour en arrière. On reprend la danse, plus au milieu du texte par ailleurs.

L'Équilibriste, c'est un personnage. Un peu de moi, un peu détaché, un peu poète général aussi.
La première ligne... j'ai voulu le coeur crispé comme comparaison aux paupières ridées et closes, pour cette sensation qu'on a lorsqu'on ferme fort les yeux comme pour se boucher la vue, ou pour pleurer. La crispation du coeur qui amène à se fermer les yeux, en somme.

Il chantait-celle, je l'ai voulu pour deux raisons. pour le côté "chancelle", et ensuite, pour évoquer quelqu'un, dont on ne connait pas le nom en l'occurrence.


Ravi que ca t'aie plu en tous acs

  • 2 sujets
  • 74 réponses

Message posté le 12:30 - 19 avr. 2016

Tiens... ton "encor" a attiré mon attention. Je l'aime bien sans "e", en poésie. ^^

Je n'ai pas les compétences techniques permettant l'analyse fine de ce poème, mais au niveau du ressenti, j'adore. J'ai perçu ça comme une danse où les jambes, frêles, assurent des pas sûrs au départ, qui terminent chancelant sur un espace réduit. Une danse funambulesque, quelque part. Ton coeur et tes paupières rendent une très belle image, qui me semble à la fois familière et douloureuse quand je le lis.

Enfin, ce que j'aime aussi à cette danse, c'est qu'en prenant les mots par groupe, on peut le lire à l'envers et en ressentir pour autant le même sens. Je trouve ça délicieusement subtil. :)

  • 32 sujets
  • 424 réponses

Message posté le 17:50 - 24 avr. 2016

en procès en silence
=> le double "en" me gêne un peu, je trouve que ça alourdit pas mal le départ

il s'élança s'expose et s'offre à la chute
=> la différence passé/présent est un peu dérangeante ici, d'autant plus que l'enchaînement "s'expose et s'offre à la chute" est impeccable et donne un rythme très fluide (et je trouve que c'est une image qui colle parfaitement à L'Équilibriste)

L'Équilibriste les yeux clos et les questions en suspend
=> ce "et" me semble superflu, je trouve qu'il ralentit la phase finale

pour encor une danse plus libre au plaisir partagé.
=> ici uassi, je trouve qu'il y a un élément de trop. Juste un mot de trop pour être totalement lisse. A mon avis ça serait "plus".


Il y a en effet unesorte de retour aux sources de l'Équilibriste dans ce texte. Je le trouve un tout petit peu trop long et le mélange passé/présent pourrait être un peu modifié pour gagner en fluidité à mon avis



"J'ai une âme solitaire"
  • 86 sujets
  • 561 réponses

Message posté le 17:54 - 24 avr. 2016

Tu as tout à fait raison, modifié ! (: Merci de ton retour

  • 3 sujets
  • 32 réponses

Message posté le 09:06 - 22 mai 2016

Je trouve ce texte d'un niveau soutenu, par contre j'ai un sacré problème avec le titre.

Je suis de ceux qui adorent ce vieux "encor". Je ne l'utilise cela dit pratiquement jamais. Pas plus que "jusques aux", "avecque" ou autres de ces artefacts de poésie, parce qu'ils sont diablement difficiles à utiliser.

Je connais deux cas d'usage classiques :
- les pieds (Encore/Avecque = 3 là ou Encor/Avec = 2)
- les liaisons (Encor + voyelle ne se lit pas comme Encore + voyelle)

A considérer que nous avons un poème en prose, un Encor dans le titre, ça induit automatiquement ma lecture sur la liaison, et je dois avouer que je ne la trouve pas, alors qu'elle soulignerait tellement bien ce numéro d'équilibriste.

Je vais me permettre de reprendre un bout de texte pour donner un exemple de ce que j'essaie de dire

las L'Équilibriste | les yeux clos | les questions en suspend | pour encor une danse libre au | plaisir | partagé.


En gras, j'ai signalé les "occlusives labiales", ces cas qui poussent à fermer la bouche et faire exploser le son derrière.
En italique, on les occlusives "vélaires" qui vont rajouter un rien de grain dans la fluidité du propos
et j'ai posé un | à chaque fois que j'ai jugé qu'il était nécessaire de prendre un temps


Avec un petit travail, je trouve qu'on peut donner beaucoup plus de valeur à ce encor dans le contexte, je vais essayer de donner un exemple maladroit
las l'équilibriste aux yeux clos et questions en suspend d'où encor une danse enlevante et libr' aux plaisirs agréés

(libr' parce que tant qu'à faire si on est dans la licence de liaison, pourquoi ne pas utiliser des trucs plus modernes)


J'ai énormément d'admiration pour les écrivains qui respectent scrupuleusement leur langue, et autant de mépris pour les poètes qui font de même -
  • 86 sujets
  • 561 réponses

Message posté le 11:05 - 22 mai 2016

Merci pour ton commentaire ! Très intéressant, j'y réfléchis.


Juste une chose pour que nous restions amis : on ne parle pas de pieds, mais de syllabes, par pitié. Le français est une langue essentiellement syllabiques.


Pour revenir sur le "encor" ; en réalité, même dans une poésie classique il n'aurait pas eu un grand intérêt dans cette configuration. Le "e" est élidé de fait, par la présence de la voyelle en liaison.
La seule justification que je pourrais vraiment te donner, outre le fait que j'aime bien la référence, c'est la manière de dire ce "o". Tu parles des phonèmes que tu rallonges à la lecture, eh bien c'est un peu l'effet inverse que j'entends dans ce "encor" justement. Encore, ca a quelque chose de très emphatique, et ce n'est peut être qu'une impression mais j'ai le sentiment que "encor" enlève un peu de cela, raccourcit le "o" comme s'il y avait une sorte de circonflexe posé dessus.


En tous cas, merci pour l'échange. J'y réfléchis encore.

^